Pour leur 13ème samedi, les "gilets jaunes" manifestent en ordre dispersé — France

Share

Ce samedi, à l'occasion de la 13e grande journée de mobilisation des gilets jaunes, un peu plus de 50 000 manifestants étaient présents en France dont près de 5 000 en Bretagne.

Si chaque samedi, la répression n'est plus une surprise, le dispositif policier pour cet Acte XIII montre que les policiers sont toujours plus agressifs mais que les Gilets Jaunes sont toujours plus déterminés.

Comme nos confrères du HuffPost l'avait souligné, les manifestations des "gilets jaunes" sont depuis plusieurs semaines le théâtre d'affrontements entre nationalistes et militants d'extrême gauche. C'est du moins ce qu'ont déclaré des street-medics, tandis que, de son côté, la préfecture de police de Paris a évoqué "quatre doigts arrachés". Les causes de la blessure demeurent incertaines, mais un témoin a notamment évoqué une "grenade de désencerclement", lancée par les forces de l'ordre que le trentenaire aurait voulu repousser d'un "coup de main". La plupart transportait des armes ou fumigènes, ou ont lancé des projectiles sur les forces de l'ordre. Du mobilier urbain et des distributeurs de banques ont été cassés, une dizaine de véhicules a été incendiée, principalement des voitures de luxe, mais aussi une voiture de la mission antiterroriste militaire Sentinelle. À 18 h 45, la préfecture de police comptait 36 interpellations à Paris.

Ainsi, à 16h, la préfecture du Rhône annonçait l'interpellation de 16 individus.

Mais pour Myriam Oudin, une garde d'enfants de 42 ans, "ça n'aurait pas de sens de s'arrêter maintenant". Sur le plateau du JT, Bernard Maillet était accompagné de Boudjema, Gilet jaune d'Argenteuil. Aux cris de " Macron, démission! "Il faut redonner le pouvoir de décider aux gens, comme en Suisse".

Dans la région, il n'y a qu'à Boulogne-sur-Mer où la mobilisation a également réuni plusieurs centaines de Gilets jaunes. Les réponses sécuritaires, quand les manifestants attendent des réponses sociales, semblent plutôt attiser la colère. Selon France 3, 22 individus avaient été arrêtés à la fin de la journée.

De l'autre, beaucoup veulent éviter toute récupération politique, au moment où Rome multiplie les encouragements au mouvement, dans la perspective des élections européennes.

Une rencontre impromptue, organisée à l'insu de la tête de liste, Ingrid Levavasseur, et qui a provoqué une crise diplomatique entre l'Italie et La France.

Au niveau national, la mobilisation des gilets jaunes faiblit légèrement. Mais selon un sondage diffusé jeudi, 64% des Français continuent de "soutenir" le mouvement des "gilets jaunes".

Share