Greenpeace revendique une intrusion sur un site de La Hague — Nucléaire

Share

La piscine de l'usine d'Orano La Hague contient environ 10 000 tonnes de combustibles irradiés en attente d'être retraités ou d'une solution définitive.

Une vue de l'usine Orano la Hague, avec le fumigène déclenché sur le toit d'une des piscines. L'ONG de défense de l'environnement, qui alerte régulièrement sur le " risque nucléaire ", a publié des photos et vidéos de fumigènes sur le toit de l'une des installations.

Greenpeace a de son côté revendiqué sur Twitter l'allumage de "fumigènes de détresse" par ses activistes sur le site.

Greenpeace affirme que leurs toits, en simple tôle métallique, sont bien trop fragiles pour protéger les bassins. EDF continue d'envoyer à La Hague plus de combustible usé qu'Orano n'est capable d'en retraiter, insiste aussi l'organisation écologiste, en s'appuyant sur un rapport du Haut Comité pour la transparence et l'information sur la sécurité nucléaire (HCTISN).

Deux drones qui survolent le site nucléaire de la Hague en France et un fumigène déposé sur le toit d'une des piscines de stockage des combustibles irradiés. Le groupe a, de plus, fait part de son intention de "déposer plainte pour intrusion".

Share