La victoire de Felix Tshisekedi confirmée — Elections RDC

Share

Martin Fayulu (34,8%) est classé deuxième.

Malgré le recours en contestation introduit par Martin Fayulu Madidi, les juges de la Haute Cour ont estimé que c'est bel et bien Félix Tshisekedi qui a remporté le scrutin présidentiel.

La Cour constitutionnelle congolaise a proclamé dimanche Félix Tshisekedi président de la République. Félix Tshisekedi doit prendre la succession du chef de l'État sortant Joseph Kabila, au pouvoir depuis l'assassinat de son père Laurent-Désiré Kabila il y a 18 ans le 16 janvier 2001. Félix Tshisekedi, 55 ans, est le fils de l'opposant historiqueÉtienne Tshisekedi, décédé le 1er février 2017 à Bruxelles.

A l'Union pour la démocratie et le Progrès Social (UDPS), on affirme que la déclaration d'Addis Abeba est l'œuvre des lobbys miniers.

Fayulu demande à la communauté internationale de ne pas reconnaître Tshisekedi. Après le rejet de son recours auprès de la Commission, Martin Fayulu s'est déclaré " seul président légitime " et a demandé à la communauté internationale de ne pas reconnaître l'autre opposant Félix Tshisekedi, officiellement proclamé vainqueur de l'élection présidentielle en République démocratique du Congo. La plus haute juridiction du pays a rejeté le recours de Martin Fayulu contre le résultat de la présidentielle du 30 décembre, en le considérant comme "non fondé".

" D'ores et déjà, je lance un appel pressant à notre peuple pour qu'il se prenne en charge en organisant des manifestations pacifiques sur toute l'étendue du territoire nationale en vue de défendre sa souveraineté conformément à l'article 64 de notre constitution qui nous impose l'obligation de défendre les institutions légitimes et la légalité républicaine en ces termes: " tout congolais a le pouvoir de faire échec à tout individu ou groupe d'individus qui prend le pouvoir par la force ou qui l'exerce en violation des dispositions de la présente constitution", a encore déclaré Fayulu.

"Par cet arrêt, la Cour constitutionnelle vient une fois de plus de confirmer qu'à l'instar de la Commission électorale, elle est au service d'un individu et d'un régime dictatorial qui ne respecte ni les lois de la République ni les règles les plus élémentaires de la démocratie et de la morale", a-t-il dit, visant le président sortant Joseph Kabila.

Comment la victoire de Tshisekedi s'explique-t-elle?

Le calendrier de la Céni prévoit normalement que M. Tshisekedi prête serment le 22 janvier, mais il n'est pas sûr du tout qu'il puisse être tenu. En confirmant Félix Tshisekedi, la Cour constitutionnelle a pris le risque de provoquer un bras-de-fer entre le pouvoir congolais et l'Union africaine (UA).

Share