Hypertension: après le valsartan, rappels de l'irbésartan

Share

Après des lots de valsartan épinglés en juillet, en août, en septembre, en nombre et en décembre 2018, et maintenant l'irbésartan, les autorités européennes élargissent les analysées également au candésartan, au losartan, à l'omesartan afin de s'assurer, qu'elles aussi, ne renferment pas des substances classées comme cancérogènes.

Le valsartan et l'irbésartan appartiennent à la même famille de médicaments, les sartans. Dans son communiqué, l'ANSM précise que d'autres sartans sont susceptibles de faire eux aussi l'objet de rappels de lots.

En ce qui concerne l'irbésartan, Arrow Génériques a procédé à des contrôles sur certains lots, qui ont révélé la présence de NDEA à des taux supérieurs aux limites acceptables.

La mise en évidence de deux substances classées comme cancérogènes probables par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), la NDMA et la NDEA, a provoqué ces rappels. Ces rappels avaient entraîné des "tensions d'approvisionnement" et des "ruptures de stocks".

Des contrôles continuent d'être réalisés sur les médicaments à base de sartan déjà présents sur le marché. Toutefois, " leur présence potentielle n'induit pas de risque aigu pour la santé des patients ", rassure l'Agence. 1,4 million de patients étaient concernés. Si c'est le cas, rappelle l'agence, le patient est invité à consulter son médecin pour adapter le traitement, sans l'arrêter de lui-même.

Et de mettre en garde: "le risque d'un arrêt brutal de traitement étant important (poussées hypertensives, décompensations cardiaques, accidents neurologiques), les patients ne doivent en aucun cas interrompre leur traitement sans avis médical".

Une liste de tous les médicaments à base de sartans est disponible sur le site de l'ANSM.

Les patients concernés, sans interrompre leur traitement, peuvent vérifier auprès d'un pharmacien si leur boîte d'irbésartan est concernée. Si l'on prend un médicament concerné par le rappel, il est impératif de s'adresser à son médecin ou à son pharmacien, qui le remplacera par un traitement non concerné par les rappels. Par ailleurs, l'agence du médicament a demandé aux laboratoires commercialisant des médicaments à base de sartan non concernés par le défaut de qualité d'intensifier leur production.

Share