Une commission du Congrès va examiner l'enquête du FBI sur Trump

Share

Le journal ne donne pas d'indications sur les éventuelles conclusions de ces recherches, qui ont été rapidement fusionnées dans l'enquête ouverte par le procureur spécial Robert Mueller sur des soupçons de collusion entre Moscou et l'équipe de campagne de Donald Trump pour l'élection présidentielle de 2016.

Après le limogeage de son patron James Comey, la police fédérale américaine a ouvert une enquête avec un volet contre-espionnage et un volet criminel pour établir d'éventuels liens entre Donald Trump et la Russie, révèle le "New York Times". Mon limogeage de James Comey a été un grand jour pour l'Amérique.

Personnellement visé par le locataire de la Maison-Blanche, l'ex-patron du FBI James Comey a répondu d'un simple tweet reprenant une célèbre citation de l'ancien président Franklin D. Roosevelt: " Je vous demande de me juger par les ennemis que je me suis faits.

"De telles réactions de la part du président " n'infirment en rien l'incroyable gravité de ces allégations", a déclaré le démocrate Jerrold Nadler, président de la commission judiciaire de la Chambre des représentants, dans un communiqué".

Le président américain Donald Trump est confronté à de nouvelles accusations sur ses liens avec la Russie, le Washington Post affirmant qu'il aurait cherché à dissimuler les détails de ses conversations avec son homologue Vladimir Poutine.

A l'issue de l'une de ses rencontres avec le président russe, à Hambourg en 2017, le milliardaire républicain aurait même pris possession des notes de son interprète, lui demandant de ne pas partager aux autres membres de son administration la teneur de la conversation, écrit le quotidien.

Le FBI a ouvert une enquête en 2017 pour déterminer si le président Donald Trump travaillait pour le compte de la Russie, a affirmé vendredi le New York Times, citant des sources anonymes.

Contrairement à la tradition américaine, qui veut que le président soit toujours accompagné de conseillers prenant des notes pendant ses entretiens officiels, Donald Trump avait eu un tête-à-tête de deux heures à Helsinki, le 16 juillet 2018, avec Vladimir Poutine, sans autre témoin que leurs interprètes.

Allié de Donald Trump au Congrès, le sénateur Ted Cruz a paru ébranlé par les nouvelles révélations du Washington Post. Plusieurs inculpations et condamnations ont débouché grâce à cette enquête russe.

Son ancien avocat Michael Cohen a été condamné à trois ans de prison, notamment pour infractions à la législation sur le financement des campagnes électorales. Paul Manafort, qui a été un temps directeur de l'équipe de campagne de Trump, a été condamné pour des malversations financières liées à des activités en Ukraine antérieures à la campagne de 2016. Les enquêteurs devaient déterminer si les actes de Donald Trump constituaient une menace contre la sécurité nationale. "Tout le monde sait qu'il n'y avait aucune collusion [avec la Russie, ndlr]", a ajouté Trump.

Share