Arrestation de Cesare Battisti : un avion italien en route pour la Bolivie

Share

En cavale depuis moins de deux mois, l'ex-militant d'extrême gauche italien Cesare Battisti a finalement été capturé en Bolivie dans la nuit du samedi 12 au dimanche 13 janvier.

Les ministères brésiliens de la Justice et des Affaires étrangères sont aussi à la manoeuvre pour une remise du fugitif à l'Italie. Le fils du nouveau président brésilien, le député Eduardo Bolsonaro, a quant à lui écrit sur le même réseau social, en italien avec une photo de Battisti: "Le Brésil n'est plus une terre de bandits. Matteo Salvini, le "petit cadeau" va arriver".

Le militant a vécu plusieurs années au Brésil comme réfugié, soutenu par le gouvernement de l'ancien président Luiz Inacio Lula da Silva.

C'est en décembre que le président brésilien Michel Temer, encore en fonction, avait révoqué le statut de résident permanent de Cesare Battisti.

Le ministre italien de l'Intérieur Matteo Salvini a remercié dans un communiqué les forces de l'ordre italienne et étrangères qui ont conduit à l'arrestation "d'un délinquant qui ne mérite pas une vie confortable à la plage, mais mérite de finir ses jours en prison".

Le chef de La Ligue (extrême droite) n'a pas manqué, lui aussi, d'adresser des remerciements à son nouvel allié, le président Bolsonaro.

Un avion, avec à son bord des membres de la police et des services secrets italiens, était en route dimanche midi pour la Bolivie, a précisé Rome. "Le pique-nique est fini", a dit le leader populiste. Cesare Battisti portait une fausse barbe et une fausse moustache, et avait en sa possession un document d'identité brésilien à son nom, rapporte le journal. "Battisti a été arrêté dans la rue, il n'était pas armé et n'a pas opposé de résistance. Désormais l'Italie l'attend", ont ajouté des sources au ministère de l'Intérieur.

Une vidéo prise par la police italienne peu avant l'arrestation montre Cesare Battisti déambulant dans la rue, titubant légèrement, méconnaissable derrière des lunettes noires et portant barbe et moustache.

"Il a été arrêté par une équipe spéciale d'Interpol composée d'enquêteurs italiens, a rapporté le journal italien Corriera della Sera".

Son arrestation a été unanimement saluée en Italie, à droite comme à gauche.

"Il sera bientôt au Brésil et de là il sera transféré en Italie pour purger sa peine à perpétuité", a déclaré Filipe G. Martins, conseiller pour les questions internationales du président brésilien Jair Bolsonaro, dans un message sur Twitter.

"Justice sera finalement rendue aux victimes du terrorisme", a réagi plus sobrement dimanche matin l'ancien chef du gouvernement italien Paolo Gentiloni, qui est aujourd'hui député (parti démocrate).

"Je crois que cette fois c'est la bonne", a commenté cet homme, devenu paraplégique à l'âge de 15 ans à cause de l'attentat perpétré voici quarante ans. "C'est impossible qu'il ne soit pas extradé en Italie", a-t-il ajouté.

Share