Inconduite sexuelle : Lady Gaga s'excuse d'avoir collaboré avec R. Kelly

Share

Lady Gaga a tenu promesse.

Maintenant, Gaga, qui a été nominée pour un prix BAFTA pour son interprétation de A Star Is Born, a publié une citation promettant aux victimes d'agressions sexuelles qu'elle les soutenait à " 1000% ". "En effet, Les twittos ont en effet pressé l'artiste new-yorkaise de s'excuser pour avoir fait un duo avec R. Kelly en 2013, sur " Do What U Want (With My Body) ", soit " Fais ce que tu veux de mon corps " en français.

La série "Surviving R. Kelly" de Lifetime, diffusée ce mois-ci, examine l'histoire et les allégations d'abus sexuels dont fait l'objet depuis plusieurs années R. Kelly.

Elle souhaite maintenant que cette chanson soit supprimée d'iTunes et d'autres services de streaming, et s'est engagée à ne plus jamais travailler avec Kelly. Dans le film, qui dure six heures, plusieurs femmes accusent le chanteur d'avoir eu des relations sexuelles avec des jeunes filles de moins de 16 ans alors qu'il était majeur. "En tant que victime d'agression sexuelle, j'ai fait la chanson et le clip à une période sombre de ma vie" a déclaré la "Mother Monster", avouant avoir voulu créer "quelque chose d'extrêmement subversif et provocant" parce qu'elle était "en colère" et n'avait "toujours pas accepté le traumatisme" subi. Au vu du titre et du contenu du morceau, "il apparaît clairement à quel point mon esprit était troublé", a-t-elle ajouté.

Je ne peux pas revenir en arrière, mais je peux aller de l'avant et continuer à soutenir les femmes, les hommes et les personnes de toutes les identités sexuelles et de toutes les cultures qui sont victimes d'agression sexuelle. Faisant son mea culpa, Lady Gaga a affirmé qu'elle ne retravaillerait plus avec R. Kelly à l'avenir: "Je suis désolée, à la fois pour mon erreur de jugement lorsque j'étais jeune et pour ne pas avoir pris la parole plus tôt ".

Elle a indiqué qu'elle retirerait le morceau de toutes les plateformes de musique en ligne et qu'elle ne travaillerait plus avec R. Kelly.

Share