Alexandre Benalla aurait rendu ses passeports diplomatiques

Share

"Nous allons demander à Monsieur Benalla si oui ou non il a menti devant la commission", a expliqué, jeudi 10 janvier sur franceinfo, Patrick Kanner, sénateur PS du Nord, membre de la commission des Lois après l'annonce d'une nouvelle audition d'Alexandre Benalla devant la commission du Sénat, le 21 janvier prochain. Or, le Quai d'Orsay n'en aurait jamais vu la couleur et le lui aurait réclamé à plusieurs reprises. Les protagonistes de l'affaire Benalla sont à nouveau convoqués devant le Sénat.

La convocation de Jean-Yves Le Drian mercredi prochain entre dans le cadre de ces nouveaux éléments.

Alexandre Benalla devant la commission des lois du Sénat. Puis lundi 21 janvier Alexandre Benalla à 14 h, suivi de Vincent Crase, un ex-employé du parti présidentiel LREM, impliqué avec M. Benalla dans des violences contre des manifestants le 1er mai à Paris.

"Les investigations visent aussi l'" usage sans droit d'un document justificatif d'une qualité professionnelle " et l'" exercice d'une activité dans des conditions de nature à créer dans l'esprit du public une confusion avec l'exercice d'une fonction publique ou d'une activité réservée aux officiers publics ou ministériels ". L'ancien chargé de mission de l'Elysée devra notamment s'expliquer sur le fait d'avoir conservé ses passeports diplomatiques.

La commission du Sénat, présidée par Philippe Bas, s'était donnée 6 mois pour enquêter sur cette affaire qui a rebondi fin décembre avec la révélation de l'utilisation par M. Benalla de deux passeports diplomatiques, qu'il a finalement restitués cette semaine. Selon des sources concordantes à l'AFP, les documents ont été restitués par l'intermédiaire de son avocat à la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP). M. Benalla avait également révélé avoir échangé des SMS avec le président de la République après son limogeage de l'Élysée fin juillet, ce que la présidence a confirmé pour deux messages succincts. Pour l'ancien proche d'Emmanuel Macron, il y aura un acte 2.

Share