Un Mirage 2000 s'écrase près de la frontière suisse

Share

"Depuis ce matin, nous assistons aux survols incessants de la zone du crash par l'hélicoptère Puma de l'Armée de l'air, mais, à notre connaissance, aucune nouvelle, pour l'instant, du pilote et du navigateur du Mirage 2000D qui se serait écrasé sur cette zone, mercredi après-midi", explique Franck Ménestret depuis Mignovillard (Jura) pour France 3.

Interrompues mercredi soir, les recherches conduites par le groupement de Gendarmerie du Jura ont repris ce jeudi matin pour retrouver les deux membres d'équipage d'un Mirage 2000D disparu des écrans radars mercredi après son décollage de la base de Nancy-Ochey (Meurthe-et-Moselle) et dont des débris, ont été retrouvés dans le haut Jura près de Mignovillard. "Gendarmerie, sécurité civile, les pompiers et bien entendu les armées sont à pied d'oeuvre", a déclaré Florence Parly lors d'un discours à l'Office national d'études et de recherches aérospatiales (Onera), à Palaiseau (Essonne).

"Toute la communauté de défense est aujourd'hui en deuil", écrit la ministre, en présentant "toutes ses condoléances à la famille, aux proches et aux frères d'armes des militaires décédés".

Le service de presse de l'Armée de l'air a également confirmé le décès des pilotes dans un communiqué publié sur son compte Twitter.

L'avion, issu de la 3ème escadre de chasse de la BA 133 de Nancy-Ochey, effectuait un vol d'entraînement à basse altitude, lorsque le contact radio/radar a été perdu. Les deux hommes à bord sont toujours portés disparus. "Lorsqu'il y a éjection, il y a déclenchement automatique d'une balise de détresse, et les équipages disposent aussi d'une balise de détresse sur eux, qui peut être déclenchée manuellement", avait précisé le colonel Duvivier.

Le Mirage 2000D est un chasseur-bombardier polyvalent. Il peut voler jusqu'à une vitesse de 2,2 mach à une altitude opérationnelle supérieure à 15.000 mètres et peut emporter six tonnes d'armement. Le pilote et le navigateur d'un Mirage 2000, basé à Luxeuil-les-Bains (Haute-Saöne), s'étaient tués dans le crash de leur appareil dans la Creuse. "Mais pour faire des vidéos, qui devraient servir, cette fois, à faire progresser l'enquête". Une équipe scientifique était alors chargée, selon le quotidien régional, de procéder aux vérifications ADN afin de confirmer, ou non, les identités des passagers.

Une dizaine de Mirage 2000 français, tous types confondus, se sont écrasés depuis 2010.

Share