La situation "sous contrôle" après le coup d'Etat avorté — Gabon

Share

Des militaires gabonais ont lu lundi matin à la radio d'État un message indiquant qu'un "Conseil national de restauration " allait être mis en place en l'absence du président Ali Bongo Ondimba, hospitalisé au Maroc.

"Surtout en ces moments où, frappé par la maladie [un AVC en octobre] et cloué sur un lit d'hôpital loin de son pays [il est en convalescence au Maroc], Ali Bongo est plus que jamais sur la sellette dans son pays, où la question de son invalidité et de sa succession fait débat au point de susciter des divergences au sein même du pouvoir".

Il reste cependant difficile de rendre compte précisément de la situation du fait de la saturation des lignes téléphoniques et de l'apparente coupure des réseaux sociaux.

Mardi 8 Janvier 2019 - Sept des militaires présumés putschistes ont été arrêtés et deux autres tués.

Après le coup d'éclat de militaires gabonais, la France Insoumise dénonce l'hypocrisie du gouvernement français et de la communauté internationale.

Paris a également condamné cette tentative de coup d'Etat, appelant au " strict respect " de la Constitution dans cette ancienne colonie française et pays producteur de pétrole.

Mais, le feuilleton du putsch manqué de Libreville est loin de connaître son épilogue.

À la une du journal de l'Afrique, la tentative de coup d'État au Gabon. Mal élu, à l'issue d'un scrutin contesté par les observateurs présents (notamment ceux de l'Union européenne), Bongo s'est en réalité imposé par la force pour se maintenir à la tête d'un pays où sa famille monopolise le pouvoir depuis plus d'un demi-siècle.

Par cette petite virée dans l'histoire, Africanews met fin à ce direct que vous avez été nombreux à suivre.

"Nous condamnons toute tentative de changement de régime extra-constitutionnel".

Sa date de retour au Gabon est inconnue.

Trois heures après, "les mutins ont été arrêtés par les unités du GIGN", a-t-on appris. Il demande à la population de les soutenir "pour sauver le Gabon du chaos". "[.] Les soldats qui ont pris d'assaut la radio nationale gabonaise se revendiquent de la garde républicaine, qui assure la sécurité du président".

En quelques heures seulement, le gouvernement gabonais a annoncé avoir repris le contrôle de la situation. The message was read on state radio by a person who identified himself as the deputy commander of the Republican Guard and head of a group called the Patriotic Youth Movement of the Gabonese Defence and Security Forces.

Share