Départ subit du président de la Banque mondiale

Share

Jim Yong Kim ne sera plus le président de la Banque mondiale à compter du 1er février prochain. Il est de tradition que le poste de Président de la Banque mondiale revienne à un citoyen américain, comme celui de directeur général du FMI est confié à un Européen, aujourd'hui la Française Christine Lagarde.

Ce partage des rôles, fortement contesté par les pays émergents, représente donc une opportunité pour Donald Trump, très critique vis-à-vis des prêts de la Banque mondiale envers certains pays comme la Chine.

L'annonce a été une surprise d'autant que le medecin américain d'origine coréenne avait encore trois années restantes dans son mandat.

Nommé par le président Obama, en 2012, Jim Yong Kim sera remplacé après son départ effectif le 1er février 2019.

Surnommé docteur Frankenstein après avoir réorganisé la banque de fond en comble, il a redit sa fierté d'avoir dirigé cette institution dont la mission est de " mettre fin à l'extrême pauvreté de notre vivant ", dans un communiqué publié lundi.

Sous sa houlette, l'institution de développement qui compte 189 pays membres, est parvenue à boucler une augmentation de capital et a eu davantage recours au secteur privé pour financer des projets dans les pays en développement. Il avait dû affronter une grogne interne inédite alimentée par une réorganisation contestée et une controverse sur le versement de bonus à de hauts dirigeants en 2014.

Share