Le retrait américain de Syrie sera mené de manière "prudente"

Share

Le conseiller pour la sécurité nationale de la Maison Blanche, John Bolton, a affirmé dimanche à Jérusalem que le retrait étasunien de Syrie devait se faire de telle sorte que la défense d'Israël et "d'autres amis" de Washington dans la région soit "absolument assurée". Il a assuré que les Etats-Unis tiendraient compte "de ceux qui ont combattu avec nous contre l'organisation de l'Etat islamique et d'autres groupes terroristes ".

Le chef de la Maison blanche a proclamé le 19 décembre la défaite de Daech en Syrie et annoncé le début du rapatriement des troues américaines.

Jusqu'ici alliés de Washington dans la lutte contre les djihadistes, les combattants kurdes en Syrie craignent que le retrait américain ne les laisse démunis face à la Turquie.

Lors d'une réunion mardi au Brésil, le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a déclaré à M. Netanyahu que le retrait de la Syrie n'affecterait pas le soutien américain et la protection d'Israël.

L'annonce par le président Donald Trump du départ prochain des troupes américaines de Syrie avait provoqué une profonde déception parmi les alliés des Américains de la région, parmi eux les populations kurdes de Syrie et d'Irak qui subissent régulièrement les assauts meurtriers et aveugles de l'armée turque.

Aux côtés de John Bolton, dimanche, le Premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, a saisi l'occasion de la visite du conseiller américain pour appeler de nouveau les États-Unis à reconnaître l'annexion israélienne du plateau syrien du Golan, rapporte le quotidien israélien Yediot Aharonot.

"Notre position est claire", a déclaré dimanche M. Netanyahu. L'annexion du Golan n'a jamais été reconnue par la communauté internationale, y compris les Etats-Unis. "Nous continuons à agir pour le moment contre le renforcement de l'armée iranienne en Syrie et contre quiconque saperait ou tenterait de menacer la sécurité d'Israël".

Share