La DGSE cherche un stagiaire pour pirater Fortnite

Share

"Il est possible que la DGSE soit déjà capable de pénétrer dans les canaux de discussion de certains jeux vidéo", avance Le Monde, selon qui cette offre est sans doute aussi un moyen de renforcer ses effectifs en matière de spécialistes en sécurité informatique, un profil particulièrement ciblé dans le cadre des recrutements prévus en 2019.

La DGSE propose ainsi une offre de stage d'une durée de six mois, a relevé Le Monde. Lesquels sont visés? Fortnite, League of Legends, PUBG (PlayerUnknown's Battlegrounds), World of Warcraft ou encore Counter Strike. En réalité, "les moyens de communication mis à disposition dans ces jeux sont utilisés de manière furtive afin d'échanger de l'information spécifique".

Qu'est-ce qui pourrait motiver le service renseignement français à espionner les jeux multijoueurs populaires? Dans une offre de stage intitulée "Jailbreak iOS", le ministère des Armées dit par exemple rechercher un stagiaire pour étudier les mécanismes de sécurité du système iOS, les vulnérabilités et exploits utilisés pour les jailbreaks publics, les correctifs et pour rechercher de nouvelles vulnérabilités. Dans son viseur, des licences telles que Fortnite, PUBG ou encore League of Legends. A partir de là, l'homme ou la femme qui a été engagé (e) devra "sélectionner un ou deux bons candidats et en effectuer une rétro-conception afin d'en extraire des signatures réseau". Enfin, l'apprenti espion se chargera d'exploiter les failles informatiques pour permettre à la DGSE de s'infiltrer.

D'un point de vue légal, le ministère des Armées peut-il s'adonner à la rétroconception de ces jeux, surtout s'ils sont développés par des studios de droit étranger?

Share