" Je ne suis pas coupable " — Cardinal Barbarin

Share

Entré le visage fermé dans la salle du tribunal sous les flashes de dizaines de photographes et caméramen, dont de nombreux médias étrangers, le cardinal, vêtu d'une veste sombre sur un pull gris et chemise à col romain de prêtre, s'est assis sur le banc des accusés et a semblé se recueillir quelques minutes, mains jointes, avant l'ouverture des débats.

Les juges, qui doivent aborder les questions de procédure avant de traiter le fond de l'affaire, devront déterminer si Philippe Barbarin et ses cinq co-prévenus ont suffisamment réagi en apprenant les accusations d'agressions sexuelles sur de jeunes scouts. Ces derniers jours, son conseil entretenait toutefois un léger doute sur sa présence au palais de justice pour ce procès prévu sur trois jours. " s'interrogent-ils. Ce courrier, particulièrement explicite sur le profil pédophile de Bernard Preynat, a été retrouvé par les enquêteurs, sur le bureau du cardinal Barbarin, lors de la perquisition effectuée en 2016".

Estimant que parce qu'il était au courant de ces agissements anciens, Mgr Barbarin aurait dû lui-même dénoncer le prêtre à la justice, des victimes ont aussi porté plainte contre lui. L'affaire a été classée sans suite par le parquet de Lyon le 1er août 2016.

"Depuis le départ, on met en évidence la responsabilité du diocèse de Lyon qui protège depuis 25 ans un pédophile", a dénoncé François Devaux, cofondateur de La Parole libérée, l'association à l'origine des révélations. Dans les années 2000, l'archevêque de Lyon avait eu connaissance, par un tiers, des agissements du prêtre: le procureur a conclu à la prescription du délit de non-dénonciation, considéré comme "instantané".

Outre les explications des six responsables du diocèse, dont les actuels archevêque d'Auch Maurice Gardès et évêque de Nevers Thierry Brac de la Perrière, M. Devaux attend également "la position de la justice française sur ces faits-là et comment elle interprète les lois".

Les prévenus encourent trois ans de prison et 45 000 euros d'amende.

"Pourtant, le cardinal Philippe Barbarin assure que ce n'est qu'en 2014, en recevant un mail envoyé par Alexandre Hezez, un paroissien se présentant comme une ancienne victime de Preynat, qu'il a réellement réalisé l'ampleur des dégâts".

La défense, de son côté, crie à l'acharnement et compte sur le procès pour "rétablir un certain nombre de vérités car on ne répare pas une injustice par une autre", prévient un avocat du cardinal, Me Jean-Félix Luciani. "S'il y en a une et qu'on me la montre et qu'on me l'explique, et bien j'assumerai", assurait le religieux en novembre dernier.

Le Pape François, lui-même, a été interpellé plusieurs fois par les journalistes sur le cas de l'archevêque de Lyon.

Le cardinal espagnol Luis Ladaria Ferrer, préfet de la Congrégation de la Foi à Rome, était aussi poursuivi mais le Vatican a opposé son immunité.

Le prélat de 68 ans, en poste à Lyon depuis 2002, incarne en France la crise d'une Église confrontée partout aux déviances des uns et aux silences des autres - que le pape François appelle à rompre, tout en soutenant le primat des Gaules quand d'autres réclament sa démission.

Share