La réforme du prélèvement à la source à l'heure de vérité

Share

Lors d'une visite mercredi dans un centre des finances publiques dans le nord de la France, le ministre français des Comptes publics Gérald Darmanin a assuré que cette mise en oeuvre au 1er janvier n'avait pas entraîné de "bogue technique", tout en jugeant "normal" que la réforme suscite des "interrogations".

Le prélèvement à la source, entré en vigueur ce 1er janvier, prévoit que l'impôt soit collecté directement sur les salaires ou pensions et non plus un an après comme c'était le cas jusqu'à présent.

Le ministre de l'Action et des comptes publics s'est rendu à Amiens ce mercredi 2 janvier. " On avait prédit que tout début janvier il y aurait un bug général et que nous ne pourrions plus rien faire [.] Ce n'est pas le cas", s'est-il félicité. Or chacun constate que les choses fonctionnent, que les agents des finances publiques sont au rendez-vous et que la République fonctionne ce matin! "Il y a eu 150 000 appels aujourd'hui de 8h30 à 19 heures", a-t-il poursuivi.

Interrogé sur l'impact que pourrait avoir la réforme sur le pouvoir d'achat des Français, qui verront leur pension ou salaire amputé du montant de l'impôt, le ministre a dit "faire confiance au bon sens" des citoyens.

"Les Français ne sont pas idiots: ils savent qu'il faut payer l'impôt sur le revenu", a assuré le ministre, pour qui la réforme va entraîner un "choc positif" pour les contribuables mensualisés, qui doivent actuellement payer leurs impôts sur dix mois et non sur douze. "Cela fait un siècle qu'on aurait dû faire cette réforme", a insisté le locataire de Bercy, en soulignant que l'ensemble des pays européens avaient d'ores et déjà adopté un tel système.

De quoi gêner la compréhension de la réforme par les contribuables?

Les centres d'appels mis en place pour répondre aux questions sur la réforme du prélèvement à la source sont surchargés depuis mercredi et de nombreuses personnes se sont déplacées dans les centres d'impôts ou se sont connectées sur le site impots.gouv.fr pour obtenir des informations ou régulariser leur situation. Suivront les indépendants qui verseront un acompte en milieu de mois, calculé sur la base de leurs revenus déclarés au printemps dernier, sur l'année 2017. Avec le prélèvement à la source, il est désormais possible d'actualiser sa situation, afin de bénéficier d'un nouveau taux d'imposition dans un délai de trois mois. La première c'était celle d'un bug généralisé.

"Malgré la mobilisation de ces 200 agents supplémentaires, le numéro consacré au prélèvement à la source restait fortement saturée jeudi après-midi". Citant l'exemple de l'impôt sur le revenu, le ministre a estimé qu'il fallait présenter le rôle de l'impôt, son utilité, ainsi que les conséquences de la réduction de son taux.

Share