Japon. Carlos Ghosn comparaîtra le 8 janvier

Share

Mais grâce à une disposition spéciale contenue dans le droit japonais, plus précisément l'article 34 de la Constitution japonaise, Celle-ci précise qu'une personne détenue peut exiger une séance publique au tribunal afin que lui soi (en) t exposé (s) le (ou les) motif (s) exact (s) de sa détention. La séance au tribunal de Tokyo a été fixée au mardi 8 janvier.

Carlos Ghosn veut une comparution publique.

Le dossier Ghosn a braqué les projecteurs sur le système pénal japonais, notamment la pratique de longues périodes d'incarcération pendant l'instruction et l'interdiction faite aux avocats de la défense d'assister aux interrogatoires, qui peuvent durer huit heures par jour. La demande de Carlos Ghosn et de ses avocats intervient quelques jours après que le tribunal a décidé de prolonger de nouveau de dix jours, jusqu'au 11 janvier, sa garde à vue sur des soupçons d'abus de confiance. La somme incriminée s'élève à 1,85 milliard de yens (14,5 millions d'euros). Pour résoudre ce problème financier, il aurait obtenu qu'un ami d'Arabie saoudite se porte garant et aurait effectué des virements d'un montant équivalent sur le compte de ce dernier depuis un compte d'une filiale de Nissan.

Ce type de délit est normalement prescrit au bout de 7 ans, mais la loi permet de suspendre le décompte lors des séjours à l'étranger, nombreux dans le cas de Carlos Ghosn qui passait seulement un tiers de son temps au Japon.

Par ailleurs, selon la presse de ce vendredi, le procureur le soupçonne aussi d'avoir versé près de 40 millions d'euros à des "relations" au Liban et ailleurs, argent provenant des caisses de Nissan.

L'occasion pour Carlos Ghosn, qui sera accompagné de l'un de ses avocats, de pouvoir prendre la parole pour la première fois depuis le début de sa détention. Carlos Ghosn aurait influencé le choix de l'entreprise " Hover " qui appartenait à un de ses proches pour assurer la distribution locale de Nissan en Inde en 2008. Il est aussi toujours en titre PDG de l'Alliance Renault-Nissan.

Share