En 2017, Google a transféré environ 20 milliards d’euros aux Bermudes

Share

Certains sandwichs valent de l'or.

Le géant américain aurait déplacé en 2017 près de 20 milliards d'euros vers le paradis fiscal des Bermudes en passant par une société écran basée aux Pays-Bas.

. Et ce grâce à un stratagème fiscal légal, communément appelé "sandwich néerlandais". Ces données figurent dans des documents transmis en fin d'année 2018 à la Chambre de Commerce néerlandaise, comme le révèle l'agence Reuters.

" Nous payons toutes les taxes que nous devons et nous conformons aux règles fiscales de tous les pays dans lesquels nous opérons à travers le monde ", a indiqué Google dans un communiqué. D'où le nom de l'opération.

Le géant du web fait usage depuis 2004 de sa holding aux Pays-Bas, qui ne compte pas de salariés, pour envoyer ses redevances ainsi que les revenus liés à l'utilisation de sa marque et de sa technologie vers l'Irlande, où sa holding gère ses intérêts hors États-Unis. Un pays bien connu pour sa tendance à ne réclamer aucun impôt sur les bénéfices générés par une entreprise installée sur son territoire. En effet, face à la pression de l'Union européenne, qui réclame des amendes records aux GAFA, l'Irlande a décidé d'en finir avec les avantages fiscaux accordés aux géants américains, et ce à compter de 2020. "Google, comme d'autres sociétés multinationales, s'acquitte de l'essentiel de ses impôts sur les bénéfices dans son pays d'origine et nous avons réglé un taux d'impôt effectif mondial de 26% au cours des 10 dernières années", a ajouté l'entreprise.

Le Figaro rapporte ainsi que les avantages en matière de fiscalité dont bénéficie aujourd'hui Google devraient donc s'achever en 2020.

Share