2018 en hausse, signes d'alerte pour 2019 — Ventes auto

Share

Fin d'année difficile pour le secteur automobile en France. Par rapport à décembre 2017, les immatriculations ont chuté de 14,5%, à 165.390. Sur l'ensemble de l'année 2018, avec 2 173 481 immatriculations, le marché français des voitures particulières neuves est en hausse de 3 % en données brutes et de 2,6 % à nombre de jours ouvrés comparable par rapport à la même période de 2017. En 2018, leurs ventes de voitures neuves ont progressé de 8,32 %, contre une chute de 3,44 % pour les constructeurs étrangers. Dans le détail, PSA engrange 698.985 immatriculations (+ 13,36%), grâce notamment à l'intégration d'Opel, qui en 2017 avait été comptabilisé dans le giron de l'américain General Motors (GM).

Les ventes des marques du groupe Renault (Renault, Dacia et Alpine pour le marché français), qui a négocié plus difficilement le virage du WLTP et qui se trouve au coeur d'une crise de gouvernance depuis l'arrestation de son PDG Carlos Ghosn au Japon, ont enregistré une baisse de 19,21% en décembre.

Parmi les constructeurs étrangers, si Toyota (+ 9,93 %), l'alliance Fiat-Chrysler (+ 12,67 %) et Hyundai (+ 16,54 %) tirent leur épingle du jeu, les constructeurs allemands Volkswagen (- 1,1 %) et BMW (- 3,21 %) reculent dans l'Hexagone sur l'année, tout en restant les premiers constructeurs étrangers importés. Le CCFA estime par ailleurs que les véhicules diesel représenteraient moins de 40% des immatriculations sur l'année, contre encore 47,3% des véhicules immatriculés en 2017. À son apogée en 2012, le diesel représentait les trois quarts du marché automobile français, mais ce type de motorisation - décrié depuis avec un excès équivalent à la promotion dont il a bénéficié précédemment - subit ces dernières années une lente érosion. Cette désaffection ne se reporte toutefois que modérément sur les voitures électriques ou hybrides dont les ventes ont augmenté de 6 % en 2018. Le CCFA explique ce recul en parti par le mouvement des "gilets jaunes". "Cela reste encore faible, mais l'offre va réellement arriver sur le marché en 2019 et 2020", a indiqué à l'AFP François Roudier, porte-parole du CCFA.

Share