Europe : La Belgique au bord d’une crise gouvernementale

Share

"La fermeté du Premier ministre a porté ses fruits", commente-t-il dans un communiqué, alors que la N-VA considère à l'inverse que cette résolution n'a pas de valeur suffisante pour que M. Michel se rende à Marrakech pour approuver le pacte sans accord du gouvernement.

La N-VA, Nouvelle alliance flamande (Nieuw-Vlaamse Alliantie), un des partenaires de la coalition gouvernementale fédérale en Belgique, a fait savoir qu'elle se retirerait du gouvernement si le Pacte de l'Onu sur les migrations. Le N-VA votera, quoi qu'il arrive, contre.

"Je pars du principe que le Premier ministre sera clair tantôt à la Chambre.Si le Premier ministre est ambigu sur l'absence de soutien du gouvernement à ce Pacte, alors je pense que cela figurera en haut de l'agenda demain au conseil des ministres".

Il pointe toutefois du doigt le PS, "dont l'abstention est quelque peu hypocrite vu qu'il prétendait soutenir ce Pacte". De nombreux commentaires complotistes voire haineux et racistes pullulent sur des pages dédiées aux gilets jaunes: "Ne vous trompez pas, sous un apparat de droit de l'hommiste, il s'agit d'une invasion organisée de la France!" ou encore "Je me demande si le gouvernement n'a pas créé ce mouvement pour cacher la signature du pacte de l'ONU", peut-on ainsi y lire. Le Pacte confirme la possibilité pour les États d'opérer la distinction entre migration régulière et irrégulière. "Le texte prévoit encore de gérer les frontières de manière intégrée, sûre et coordonnée".

Share