Carburants : après Brest, le dépôt pétrolier de Lorient débloqué

Share

Une pénurie de carburant causée par un blocage de " gilets jaunes " empêche le réapprovisionnement des stations-service. Chaque véhicule doit ainsi s'astreindre à un montant maximum de 30€/jour pour un véhicule léger de moins de 3,5 tonnes, un montant qui grimpe à 200 euros pour chaque poids-lourd.

La distribution aux usagers de carburant dans des récipients portables est par ailleurs interdite, sauf motivation directement liée à une activité professionnelle, indique le communiqué, ajoutant que les véhicules classés prioritaires (transport de malades etc) ne sont pas soumis à ces restrictions.

Les indépendants des travaux publics qui bloquent depuis sept jours le dépôt pétrolier de Lorient (Morbihan) en soutien aux "gilets jaunes" ont décidé de maintenir leur action, malgré les annonces du Premier ministre suspendant pour six mois plusieurs mesures fiscales.

Dans le Var, la gendarmerie est intervenue à 05H30 pour débloquer le dépôt pétrolier de Puget-sur-Argens, bloqué depuis 24 heures par les "gilets jaunes". Ces "gilets orange", qui souhaitaient avant tout "ne pas être assimilés aux actions actuelles des "gilets jaunes", sont des professionnels du BTP et des employés de structures. "S'ils y parvenaient, le plus gros dépôt encore en activité pour la Bretagne serait celui de Vern-sur-Seiche (Ille-et-Vilaine), près de Rennes".

"C'est tout ce qu'on veut, garder le GNR", a-t-il ajouté. "Sur les réseaux sociaux, nombre d'automobilistes se plaignaient de ne plus pouvoir faire le plein dimanche, notamment dans le Finistère, certains redoutant de ne plus pouvoir aller travailler".

A Brest, le dépôt pétrolier a été débloqué dans l'après-midi.

Pendant le blocage, seuls pouvaient passer les camions qui ravitaillaient les quatre stations réquisitionnées dans le Finistère par la préfecture pour délivrer de l'essence aux services de secours (médecins, infirmiers, ambulances...). L'État dispose par ailleurs de stocks stratégiques équivalent à trois mois de consommation.

Share