La France championne des prélèvements fiscaux au sein de l’OCDE — Fiscalité

Share

En 2017, les impôts et prélèvements sociaux ont représenté 46,2 % de la richesse produite en France.

La France enfer fiscal, les Gilets jaunes le clament depuis le 17 novembre.

Ce taux progresse par rapport à 2016, année durant laquelle les recettes fiscales représentaient 45,5% du produit intérieur brut (PIB), et plus encore par rapport à l'an 2000 il pointait à 43,4%, montre ce rapport.

La pression fiscale a atteint l'an dernier un niveau record dans la zone OCDE et la France est passée devant le Danemark en termes de poids des prélèvements obligatoires, selon un rapport de l'Organisation de coopération et de développement économiques publié mercredi. Et 46,2 % en 2017. De quoi prendre la tête du classement des 34 pays les plus aisés et ravir au Danemark (46 %) la première place qu'il occupait sans discontinuer depuis l'an 2000. Le Mexique reste le pays le moins taxé de l'OCDE en proportion de son PIB, avec un taux de 16,2% contre 16,6% en 2016.

La France figure également parmi la dizaine de pays au sein desquels le poids des prélèvements fiscaux par rapport au PIB a le plus augmenté ces dix dernières années, c'est-à-dire depuis la crise financière de 2007-2008.

Il s'agit du chiffre le plus élevé enregistré depuis que l'organisation basée à Paris a commencé à compiler ces données fiscales en 1965. Peut-on échanger un cadeau de Noël dont le carton a été déchiré?

Share