Emmanuel Macron : cette petite phrase "culottée" d’un proche du président

Share

Le moratoire sur la hausse des taxes et des tarifs de l'énergie annoncé par le gouvernement a été qualifié de "premier pas" par plusieurs représentants des gilets jaunes, mais aucun n'a estimé qu'il s'agissait d'une mesure suffisante pour stopper le mouvement, ou restaurer la cote de confiance du chef de l'État, qui a atteint son plus bas niveau (23%), selon un sondage Ifop-Fiducial. "La concertation locale qui sera engagée jusqu'au 1er mars servira, a ajouté le Premier ministre, à " améliorer " et " compléter " ces mesures " d'accompagnement justes et efficaces ".

"Même insatisfaction auprès des partis d'opposition". Mais la décision a été prise " à la demande de la Préfecture de police " pour PSG-Montpellier et " de la Préfecture de Haute-Garonne " pour Toulouse-Lyon, a-t-elle pris soin de préciser. "Les gens sont de plus en plus motivés, ils s'organisent, nous serons encore plus nombreux", a-t-il assuré à l'AFP. Selon France Inter, il s'est entretenu avec des gilets jaunes "modérés".

Des dizaines de lycées restent perturbés ou bloqués au troisième jour de la mobilisation contre les réformes du gouvernement dans l'éducation.

Partout en France, les appels à se mobiliser un quatrième samedi de suite ont été maintenus.

Treize personnes dont un mineur, soupçonnées d'avoir commis des dégradations à l'Arc de Triomphe, devaient être présentées mardi à un juge d'instruction en vue d'une éventuelle mise en examen. A y regarder de plus près, ce gel des taxes de six mois nous mène au 1er juin 2019, soit une semaine après les élections européennes du 26 mai pour lesquelles Emmanuel Macron fait campagne. La CGT et FO ont appelé les transporteurs routiers à la grève pour défendre leur pouvoir d'achat, dès dimanche.

Share