Castaner lance un appel aux "gilets jaunes raisonnables"

Share

"J'invite les gilets jaunes raisonnables, ceux qui ne soutiennent pas l'action violente, à se désolidariser des extrêmes et à ne pas se rassembler à Paris samedi prochain", a déclaré Christophe Castaner, auditionné devant la commission des Lois du Sénat, et qui a souhaité lancer un "appel au calme" à l'adresse des gilets jaunes.

Auditionné par les sénateurs aux côtés de son Secrétaire d'État, Laurent Nuñez, M. Castaner s'est expliqué sur la gestion sécuritaire des graves violences survenues sur la place de l'Étoile où se trouve l'Arc de Triomphe tagué et saccagé, et dans les rues adjacentes à l'avenue des Champs-Elysées.

Selon plusieurs médias français, vingt personnes jugées lundi en comparution immédiate pour avoir commis des violences lors de la manifestation des "gilets jaunes" samedi dernier ont été condamnés ce mardi à des peines de prison ferme et vingt-quatre ont été condamnés à des peines avec sursis. Les lieux qui ont fait l'objet de ces tensions que nous avons connues " le week-end dernier sont déconseillés, a-t-il poursuivi, faisant notamment référence à la préfecture du Puy-en-Velay en partie incendiée par des manifestants.

Le ministre a en outre promis, en cas de nouvelles manifestations samedi des "gilets jaunes", des forces de l'ordre en nombre supérieur à celles mobilisées dans toute la France le 1er décembre, soit 65.000. Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, en préambule d'une audition devant la commission des Lois du Sénat, a lancé mardi un appel solennel pour éviter un nouveau chaos en fin de semaine.

Le locataire de Beauvau a enfin annoncé que "des forces supplémentaires" seraient mobilisées samedi prochain, à l'occasion de "l'acte IV", annoncé sur les réseaux sociaux par certains gilets jaunes. A Paris, théâtre d'importants débordements, les forces de l'ordre ont procédé à 412 interpellations, un chiffre jamais atteint selon le ministère de l'Intérieur.

Share