Niamey décrète "l'état d'urgence" dans le sud-ouest, proche du Burkina Faso

Share

Le gouvernement nigérien a déclaré le vendredi 30 Novembre par communiqué, l'instauration de l'état d'urgence dans 03 départements supplémentaires, décision prise lors du conseil des ministres tenu le même jour.

Les trois départements nigériens où l'état d'urgence a été décrété "font l'objet d'attaques organisées, perpétrées par des groupes terroristes, mettant en péril l'ordre public et la sécurité des personnes et des biens", a justifié le gouvernement. La dernière remonte au 17 novembre dernier, lorsque deux gendarmes ont été tués et trois autres blessés dans l'attaque de leur position près de Makalondi, dans la commune de Torodi.

Pour lui, au regard de cette situation, l'Etat doit prendre ses responsabilités en décrétant l'état d'urgence dans la partie est du pays afin d'assurer la quiétude des citoyens.

Une mesure pareille avait été mise en vigueur en mars 2017, cette fois dans cinq autres départements de Tillabéri, en raison d'incursions meurtrières attribuées à des groupes djihadistes maliens.

En 2015, Niamey avait déjà décrété l'Etat d'urgence dans la région de Diffa (sud-est), victime d'incursions meurtrières du groupe islamiste Boko Haram établi dans le nord-est du Nigeria.

Malgré des frontières considérées comme poreuses, le Niger apparaît comme l'un des pays les plus stables dans une zone en proie aux troubles.

L'attaque a été perpétrée aux environs de 2h30 heure locale par des individus armés venus probablement du Burkina Faso, qui ont pris la suite après leur forfait, ont indiqué nos sources, ajoutant qu'un des assaillants grièvement blessé a été capturé par les agents de police.

Share