Le gouvernement affaibli par un vote hostile au Parlement — Brexit

Share

Les députés ont voté par 311 voix pour et 293 contre cette motion, qui ordonne en outre la publication immédiate de l'avis juridique en question.

Les députés britanniques entament mardi cinq jours de débats sur les termes du retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne marqués par un premier contretemps provoqué par le refus du governement de publier l'intégralité de l'avis juridique émis sur le texte.

Face à ce nouveau coup dur, le gouvernement conservateur a immédiatement fait amende honorable.

Mme May affronte en outre certains eurosceptiques de son propre camp, qui voudraient aussi la renverser. Il a également pris la décision inhabituelle d'envoyer un membre du gouvernement - l'attorney general (procureur et conseiller juridique) Geoffrey Cox devant la chambre des Communes pour prononcer une déclaration et répondre aux questions des parlementaires. Le traité de retrait comprend notamment la facture du divorce dont devra s'acquitter le Royaume-Uni, évalué entre 40 et 45 milliards d'euros, garantit les droits des Européens vivant au Royaume-Uni et des Britanniques dans l'UE, et définit une période de transition qui débutera après le Brexit, prévu le 29 mars 2019, pour durer jusqu'en décembre 2020.

Les plus fervents "Brexiters" estiment que le Royaume-Uni ne va pas franchement couper les ponts avec l'UE avec un tel accord, tandis que les europhiles espèrent encore faire marche arrière. Le Labour compte déclencher une motion de défiance si elle ne parvient pas à faire adopter le texte.

Pour autant, la Première ministre britannique continue de défendre l'accord et affirme qu'en cas d'échec au Parlement, un départ de l'UE sans accord pourrait survenir, avec de lourdes conséquences pour l'économie britannique.

Cet avis pourrait renforcer les positions des opposants au Brexit, qui pourraient se baser dessus pour demander un second référendum voire l'annulation de la procédure.

Le Royaume-Uni a le droit de retirer unilatéralement sa notification de Brexit, a déclaré mardi l'avocat général de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE).

"C'est une énorme victoire", s'est réjoui sur Twitter Alyn Smith, député du parti indépendantiste écossais SNP. Cet avis est une "opinion", "pas un jugement final", a réagi un porte-parole de Downing Street, ajoutant que cela ne changeait en rien la position du gouvernement.

Il est hostile à la "clause de sauvegarde" (backstop) prévue par le projet d'accord sur le Brexit pour éviter le rétablissement d'une frontière entre l'Irlande du Nord et la République d'Irlande, mesure dont Theresa May a répété mardi devant le Parlement qu'elle était "la seule solution possible" pour éviter une sortie de l'UE sans accord.

M. Farage, ancien trader de 54 ans, a déploré dans une tribune publiée par le Daily Telegraph que le UKIP n'était pas devenu " le parti du Brexit dont [la] nation a cruellement besoin " en critiquant le positionnement antimusulmans du leader de la formation, Gerard Batten.

En août, Nigel Farage a été nommé vice-président du mouvement pour le Brexit Leave Means Leave, avec lequel il s'est dit déterminé à relancer la bataille pour obtenir une rupture nette avec l'Union européenne.

Toute source souhaitant supprimer ce contenu du moteur de recherche de notre site, veuillez nous envoyer un courrier électronique et vous remercier de votre compréhension.

Share