Double meurtre de Montigny-lès-Metz : retour sur un long marathon judiciaire

Share

Le tueur en série Francis Heaulme sera rejugé à Versailles (Yvelines) pour le double meurtre de Montigny-lès-Metz (Moselle) à partir du mardi 4 décembre 2018.

Pendant deux heures, le président de la cour d'assises avait auparavant remonté le fil de ce dossier judiciaire hors norme, dans lequel cinq procès ont déjà eu lieu en 32 ans.

Cyril Beining et Alexandre Beckrich, 8 ans, avaient été retrouvés morts sur le talus d'une voie ferrée à Montigny-lès-Metz, une petite ville du nord-est du pays, le crâne fracassé à coups de pierre, au soir du 28 septembre 1986.

Un adolescent de 16 ans décrit par ses proches comme "fragile" et "introverti", Patrick Dils, avoue en 1987 le double meurtre, avant de se rétracter quelques mois plus tard.

L'accusation a cependant retenu des éléments à charge: la présence, avérée, de Francis Heaulme sur les lieux du crime le jour des faits, les témoignages de deux anciens codétenus ayant recueilli ses confidences et des similitudes avec quatre de ses meurtres - une "quasi-signature criminelle", pour les enquêteurs.

Dans le box des accusés, Francis Heaulme, rictus habituel et larges lunettes sur le nez, vêtu d'une parka bleu foncé trop grande sur un pull rayé, est un habitué des tribunaux, déjà reconnu coupable de neuf autres meurtres et condamné.

"Son procès ne peut plus être équitable", s'est exclamée dès l'ouverture des débats l'avocate de la défense, Me Liliane Glock, qui a, comme en première instance, formulé une déclaration liminaire, demandant "l'acquittement" de son client.

À l'issue d'une procédure de révision et d'un nouveau procès devant les assises des mineurs de la Marne, Patrick Dils est condamné à 25 ans de réclusion criminelle le 29 juin 2001. Des conclusions jugées peu après "irrecevables" par la cour. Le premier avait été annulé en raison de révélations impliquant un autre suspect, qui a finalement bénéficié d'un non-lieu. "Montigny, c'est pas moi", a-t-il inlassablement répété jusqu'aux derniers instants de son procès en 2017.

Le procès de Francis Heaulme s'est ouvert hier. À la suite de l'acquittement et la libération de Patrick Dils, l'instruction avait été rouverte, avec dans le collimateur Francis Heaulme, incarcéré depuis 1992 pour une série de meurtres commis un peu partout en France.

La mère de Cyril, Chantal Beining, a, pour la sixième fois, écouté le pénible rappel des faits, assise sur une chaise près de son avocate, Me Dominique Boh-Petit.

Dans ce dossier, "on a des impressions, des intuitions", mais "on ne soutiendra pas l'accusation parce qu'une partie civile ne peut se contenter d'une intime conviction", avait expliqué leur avocat, Me Dominique Rondu.

Le procès doit durer 14 jours, avec un verdict attendu le 21 décembre.

Share