"Autriche : "Israël a " tous les droits " de détruire les tunnels du Hezbollah

Share

En novembre, il avait justifié son refus de lancer au sud une opération d'ampleur contre le mouvement islamiste palestinien Hamas à Gaza, laissant entendre que d'autres mystérieux impératifs guidaient sa décision. L'opération "Bouclier du nord" est le dernier épisode en date de la confrontation entre Israël et la formation pro-iranienne, de part et d'autre de la Ligne bleue fixant la frontière libano-israélienne.

Le conseiller à la sécurité nationale du président américain Donald Trump, John Bolton, a quant à lui affirmé que les Etats-Unis soutiennent les efforts de l'Etat hébreu pour "défendre sa souveraineté" contre les tunnels du Hezbollah.

Un porte-parole des forces israéliennes, le lieutenant-colonel Jonathan Conricus, a indiqué aux journalistes que ces "tunnels d'attaque", dont il n'a pas précisé le nombre, n'étaient pas encore opérationnels et que la population du nord d'Israël n'était pas menacée.

L'armée a établi une zone militaire fermée dans le secteur concerné, proche de la ville israélienne de Metula, mais aucune consigne spécifique n'a été délivrée aux civils israéliens, a-t-il ajouté.

L'opération baptisée " Bouclier du nord " consiste à détruire les tunnels qu'empruntent les combattants du Hezbollah pour s'introduire en territoire israélien à partir du Liban. Au cours des dernières années, ce conflit s'est largement déroulé sur le sol de la Syrie voisine.

Les tunnels à la frontière entre Israël et le Liban "font partie du réseau de terrorisme et d'agression régional et mondial dirigé par l'Iran, a déclaré M. Netanyahu".

De la machinerie israélienne à l'oeuvre à la hauteur du village libanais de Kfar Kila, situé le long de la frontière du Liban-Sud.

Selon la FINUL, des bulldozers israéliens ont été aperçus dans plusieurs localités situées le long de la frontière en train de retourner la terre. Les troupes déployées à la frontière avec le Liban ont été mises en état d'alerte.

Le 11 août 2006, la résolution 1701 du Conseil de sécurité de l'ONU mettait fin à 33 jours d'une guerre qui a fait 1.200 morts côté libanais, et 160 côté israélien, sans neutraliser le Hezbollah, alors visé par une vaste offensive après l'enlèvement de deux soldats israéliens. Rabi qu'Israël pourra, lorsque le moment sera venu, passer à une deuxième étape indispensable, la destruction des infrastructures de missiles de l'Iran et du Hezbollah au Liban dont le Binyamin Netanyahou avait révélées l'existence devant l'ONU, photos-satellites en main.

L'ambassadeur a affirmé qu'Israël a " tous les droits du monde pour protéger son territoire ". L'objectif à terme est d'ériger un mur le long des 130 kilomètres de frontière, à la place de la haute clôture existante.

Share