Alerte tsunami en Nouvelle Calédonie après un séisme

Share

Finalement, l'alerte a été levée en fin d'après-midi au bout de trois heures.

Une alerte au tsunami a été émise puis levée mercredi après un violent séisme au large de l'archipel français de Nouvelle-Calédonie, où les autorités ont appelé les habitants à se mettre en sécurité.

"Sur la foi des paramètres sismologiques préliminaires", de "dangereuses vagues de tsunami sont possibles sur les côtes situées dans les 1000 kilomètres de l'épicentre du tremblement de terre", a prévenu le Centre d'alerte au tsunami dans le Pacifique (PTWC). Au Vanuatu, les sirènes d'alerte au tsunami n'avaient pas été déclenchées dans l'immédiat. Un risque suffisamment important pour que la Direction de la Sécurité Civile et de la Gestion des Risques de la Nouvelle-Calédonie (DSCGR) appelle à l'évacuation des populations vivant sur 300 mètres de bande côtière sur la côte Est de la Grande île (la principale île de l'archipel français) ainsi que sur l'île des Pins et sur les îles Loyauté. L'épicentre se situait à environ 300 kilomètres à l'est de Nouméa. Or, le séisme a eu lieu à 150 km à l'est de la Nouvelle-Calédonie, à une profondeur de 10 km. "Lorsque les sirènes ont retenti, la population est partie vers les hauteurs de l'île pour se mettre à l'abri".

Il n'y a pour l'heure pas information sur d'éventuels dégâts à l'issue de la secousse initiale, et d'après les projections de l'USGC, le bilan du séisme en termes de victimes devrait être minime.

Selon les sismologues de Geoscience Australia, un marégraphe de Maré a déjà enregistré une vague d'un mètre de haut.

La secousse en Nouvelle-Calédonie n'a provoqué aucun dégât ni victimes, a indiqué la sécurité civile. Et d'ajouter: "Compte tenu du risque moindre pour la côte Ouest et en particulier Nouméa, l'évacuation n'est pas requise, néanmoins la population doit rester vigilante sur l'ensemble de la bande côtière en raison de possibles mouvements anormaux de niveau de la mer".

Share