Féminisme, harcèlement de rue… ses confidences décapantes — Brigitte Bardot

Share

L'actrice, à laquelle la ville de Marseille rend hommage dans une exposition, a accordé un entretien à nos confrères du Parisien pour évoquer l'actualité. Peu de temps après, la figure de proue de la défense des animaux avait fait savoir à Var Matin qu'elle était à " fond avec eux " et en avait profité pour souhaiter " une bonne jaunisse " à Emmanuel Macron.

Brigitte Bardot a récemment exprimé son soutien au gilet jaune sur Twitter. "Macron n'a pas accordé la baisse des taxes prévue en janvier", dénonce la présidente de la Fondation Bardot, qui oppose, "d'un côté des Ministres avec chauffeur, de l'autre, des gens qui ont trois francs six sous pour finir le mois". " Macron tue les petites gens, a-t-elle en effet confié". Non quand même pas. "Ça me fait mal au cœur", ajoute Brigitte Bardot, qui souhaite "une bonne jaunisse" au président de la République. Pour elle, le président de la République n'est qu' "un maître sans empathie, extrêmement lointain, supérieur, avec un côté royal ". Mais seuls les imbéciles ne changent pas d'avis.

Interrogée sur les courants féministes actuels, celle qui soutient avec ferveur le mouvement des gilets jaunes - à l'instar de sa consœur Pamela Anderson - déplore que les hommes n'aient "plus le droit" de "dire aux femmes qu'elles sont belles", ou "de leur mettre la main sur les fesses".

Brigitte Bardot est en roue libre.

Elle lui reconnaît cependant quelques qualités, principalement physiques: " Macron a un charme fou. Il devrait être acteur ce type. Je l'ai trouvée tout à fait charmante. Mais je préfère deux mochetés qui donnent des résultats.

" Ecœurée par la politique", elle explique avoir apprécié certaines idées de Mélenchon (" il est végétarien "), " mais il en fait trop, avec les immigrés par exemple ", souligne-t-elle.

Share