Des préservatifs remboursés par la Sécu, annonce Agnès Buzyn

Share

Au mois de juin dernier, la Commission nationale d'évaluation des dispositifs médicaux et des technologies de santé (Cnedimts), dépendant de la Haute autorité de santé, estimait que les préservatifs lubrifiés de marque Eden du laboratoire Majorelle pouvaient présenter un "service attendu" suffisant pour être remboursés par la sécurité sociale.

Le nombre de nouvelles contaminations par le VIH reste élevé en France, avec environ 6000 nouveaux cas par an.

A l'heure actuelle, des préservatifs gratuits sont disponibles dans les centres de dépistage, dans les associations de lutte contre le SIDA, dans les centres de planification, à l'infirmerie du collège ou du lycée, ou encore dans les centres d'animation ou les MJC.

Selon elle, "on pourra maintenant, quand on est un jeune ou quand on présente des risques particuliers, ou pas d'ailleurs, quand on est une femme ou quand on est un homme, aller voir son médecin et avoir des préservatifs remboursés sur prescription médicale".

Un préservatif sera "complètement pris en charge par l'Assurance maladie" dès le 10 décembre prochain pour aider à lutter contre le sida, a annoncé mardi 27 novembre sur France Inter, la ministre de la Santé Agnès Buzyn.

Ce qui reviendrait à un coût à l'achat de 0,52€ la boîte de 6, 1,04€ la boîte de 12, et 2,08€ la boîte de 24.

Florence Thune exprime toutefois une inquiétude sur "la facilité pour un jeune d'aller prendre rendez-vous avec un médecin, souvent le médecin de famille, pour parler de sexualité".

Se faire prescrire des préservatifs par son médecin, ce sera bientôt possible. Dans un communiqué, le laboratoire a salué l'aide accordée pour ce "véritable outil de prévention indispensable".

En revanche, le remboursement ne concernera qu'une marque particulière.

Précisons qu'une boite de préservatifs vendue en pharmacie ou en grande surface se trouve plutôt aux alentours de dix euros.

Share