Le monde: Résistance aux antibiotiques : 40 millions d’euros pour la recherche

Share

Comme le rappelle le Pr Laurence Monnoyer-Smith, commissaire générale au développement durable, ministère de la Transition écologique et solidaire, "l'antibiorésistance pourrait devenir l'une des principales causes de mortalité dans le monde, en remettant en question la capacité à soigner les infections, même les plus courantes".

L'institut de veille sanitaire Santé publique France mise sur la prévention pour limiter la consommation d'antibiotiques et ses effets néfastes à haute dose. Une réalité qui n'est pas sans conséquences, puisqu'elle favorise l'antibiorésistance.

1987, la première campagne nationale est lancée (notamment par Minitel!) pour inciter les jeunes à se protéger. Sur ce sujet majeur, la France ne figure pas en bonne position à l'échelle mondiale: avec 125 000 infections par an et 5 500 décès, elle est le 6e pays européen le plus affecté après l'Italie, la Grèce, la Roumanie, le Portugal et Chypre.

Les bactéries résistantes aux antibiotiques sont responsables de la mort de 33 000 personnes dans l'Union européenne en 2015, selon The Lancet Infectious Diseases .

Cette activité à laquelle ont assisté un grand nombre de décideurs, d'experts médicaux, de conférenciers, d'étudiants et de représentants d'organisations internationales, faisait écho à la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 2018 sur le thème "Antibiotiques: à manipuler avec précaution". Assorti d'une grande campagne, il permettra de faire chuter la consommation d'antibio, avant que celle-ci ne reparte à la hausse. "Au Brésil, en Indonésie et en Russie, entre 40 et 60 % des infections sont déjà résistantes, contre 17 % en moyenne dans les pays de l'OCDE", pointe l'étude, qui nous promet aussi pour demain une résistance accrue aux antibiotiques "prescrits en deuxième ou troisième intention", autrement dit, ceux de la dernière chance.

Consciente du danger que représente l'antibiorésistance, la France a entamé une lutte contre la surconsommation d'antibiotiques dès 2002.

Parallèlement, le ministère de la Santé lance un logo pour alerter sur la surconsommation des antibiotiques.

En 2017, quelque 759 tonnes d'antibiotiques destinés à la santé humaine et 499 tonnes d'antibiotiques destinés à la santé animale ont été vendues en France.

Frédérique Vidal, Ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche a annoncé le 14 novembre que 40 millions d'euros supplémentaires seront attribués à la recherche de nouveaux antibiotiques.

Share