Des Irlandaises brandissent des strings après l’acquittement d’un homme accusé de viol

Share

Le symbole a rapidement pris de l'ampleur et est même repris par une députée, Ruth Coppinger. Un nouveau mouvement est né sur Twitter sous le hashtag #ThisIsNotConsent pour protester contre le verdict prononcé par le tribunal de Cork, en Irlande, le 6 novembre dernier.

Un homme de 27 ans a en effet été récemment non-coupable du viol d'une mineure de 17 ans.

Mardi, la députée de gauche Ruth Coppinger a ainsi brandi un string en dentelle en pleine session parlementaire.

De là à dire que la victime n'a eu que ce qu'elle méritait, il n'y a qu'un pas que l'avocate n'a pas véritablement franchi, mais l'idée est là. "Elle portait un string en dentelle", avait-elle assuré, selon le compte-rendu du journal Irish Examiner (article en anglais). L'avocat de la défense avait alors critiqué le fait que la victime ait pu porter un sous-vêtement de la sorte, provoquant l'acquittement de l'accusé. "Cela peut paraître embarrassant de montrer un string au Dáil (nom de l'assemblée irlandaise ndlr) mais la raison pour laquelle je le fais est la suivante: Comment pensez-vous qu'une victime de viol se sent lorsque l'on exhibe ses sous-vêtements au tribunal?"

Mais cet argument ne passe pas et mène, depuis plusieurs jours déjà, à des manifestations et à l'affichage de photos de strings multicolores sur les réseaux sociaux. Elle a expliqué que "devant les tribunaux, les victimes peuvent voir leurs sous-vêtements utilisés comme preuve".

De nombreuses Irlandaises sont également descendues dans la rue mercredi après-midi, à Dublin et à Cork.

Share