Rihanna refuse que sa musique soit jouée lors des meetings de Trump

Share

Rihanna n'est pas la seule artiste à s'opposer à l'utilisation de ses chansons par Donald Trump. Enlisé dans un conflit ouvert depuis son élection avec une partie des médias et des stars américaines, le 45ème président des Etats-Unis avait reçu un courrier un peu particulier la semaine dernière.

Quelques heures après la fusillade faisant 11 morts dans une synagogue, à Pittsburgh, Donald Trump s'est rendu à un meeting.

Comme l'a rapporté le New-York Times, l'avocat de la chanteuse, Jordan Siev, a directement envoyé une lettre de "cessation et d'abstention" à la Maison Blanche, déclarant: "comme vous devriez le savoir, Mlle Fenty n'a pas donné son consentement à Mr. Trump pour qu'il utilise sa musique {.} une telle utilisation est donc impropre". Il précise aussi que le morceau Don't Stop The Music était joué "et que les gens adoraient ça".

La star de la Barbade n'est pas la seule à vouloir interdire Donald Trump et ses équipes de se servir de sa musique.

"Cela a été dit un million de fois, mais voici un million et une fois - les meetings de Trumps sont vraiment à part en politique". "En ce moment, " Don't Stop the Music " de Rihanna est en train de passer super fort à Chattanooga, pendant que des assistants lancent des T-shirts Trump gratuits dans l'assistance, comme pendant un match de basket". "Tout le monde adore". Merci de m'avoir prévenue " répond-t-elle à Philip Rucker.

Juste avant cette affaire, Rihanna a profité de son impressionnante communauté Instagram (65.8 millions de personnes) pour appeler au vote en faveur du démocrate Andrew Gillum -candidat dans l'État de Floride- à l'occasion des élections de mi-mandat. On attend désormais la réponse de Trump, jamais avare d'un tacle envers une célébrité...

Share