Macron agite la menace du "bonus-malus" sur les entreprises, colère du patronat — Assurance chômage

Share

Les partenaires sociaux tiennent vendredi 9 novembre leur première séance de négociation pour réformer l'assurance chômage, alors qu'Emmanuel Macron a annoncé un système de bonus-malus pour inciter les entreprises à avoir moins recours aux CDD.

"Suite à la déclaration du président de la République".

Selon les précisions d'Emmanuel Macron, ce nouveau dispositif sera appliqué début 2019. "On commence cette discussion branche professionnelle par branche professionnelle et donc entreprise par entreprise", a-t-il précisé.

Le chef de l'État veut "favoriser l'emploi durable" et "inciter les entreprises à changer". En effet, ces entreprises financent leurs "périodes creuses" par l'assurance chômage, et par conséquent par les entreprises "vertueuses" employant des CDI.

D'où l'idée de faire varier la cotisation patronale à l'assurance chômage, actuellement de 4,05%, en fonction du taux de rupture de contrats donnant lieu à inscription à Pôle emploi. D'autant plus que cette promesse présidentielle obtient le feu vert des syndicats. "Si les branches ne répondent pas présentes, nous demanderons la mise en place d'un bonus-malus", a soulevé Marylise Léon, négociatrice pour la CFDT sur le récit du Figaro.

Share