Avion de combat: Dassault se retire de la course au Canada

Share

Dassault Aviation, fabricant du Rafale, s'est retiré de l'appel d'offres visant à fournir 88 nouveaux avions de combat au Canada, ont rapporté mardi trois sources au fait du dossier.

Il a été confirmé jeudi à Paris par la Direction générale de l'armement (DGA), qui dépend du ministère français des Armées, une semaine après la publication des spécifications demandées au futur avion de combat.

"A ce stade, on était dans un 'Request for Information' (RFI), une phase d'échanges préliminaires sur les conditions dans lesquelles allait se dérouler cette compétition". On leur avait dit dès le départ qu'on était pas certain à l'issue de cette phase d'échanges qu'on y participerait avec le Rafale. "Je veux prévenir Dassault: plus ils continuent à tenter de dissimuler la vérité, plus ils se auront de sérieux ennuis à l'avenir", a-t-il ajouté.

Selon certaines sources, la décision de Dassault est attribuable au fait que la France n'est pas membre du " Groupe des cinq", un réseau de partage de renseignements qui comprend le Canada, les États-Unis, le Royaume-Uni, l'Australie et la Nouvelle-Zélande.

Dassault est le constructeur de l'avion de chasse "Rafale", l'un des cinq concurrents pour le contrat de 26 milliards $ CAD destiné à remplacer les chasseurs CF-18 vieillissants de l'Aviation royale canadienne.

La mission principale de ces avions est de patrouiller dans le ciel nord-américains de concert avec l'US Air Force dans le cadre du Commandement de la défense aérospatiale de l'Amérique du Nord (NORAD).

Les autres constructeurs sont les Américains Boeing (F-18 Super Hornet), Lockheed Martin (F-35), le Typhoon du consortium européen Eurofighter, dont fait partie Airbus avec le Britannique BAE et qui est soutenu par la Grande-Bretagne, et le Suédois Saab (le JAS-39E Grippen). En septembre, l'ancien président François Hollande, qui était au pouvoir lors de la signature du contrat, avait affirmé que la France n'avait "pas eu le choix" du partenaire indien de Dassault et que c'était le gouvernement de M. Modi qui avait proposé le groupe d'Anil Ambani.

Share