Première réaction de l'ONU après le discours royal — Maroc-Algérie

Share

"C'est un discours absolument nouveau à l'égard de l'Algérie qu'a prononcé mardi soir le roi du Maroc Mohammed VI", écrit le quotidien d'Oran à propos du discours prononcé par le souverain à l'occasion du 43 anniversaire de la Marche verte et dans lequel le roi a appelé à un "dialogue direct et franc" avec nos voisins de l'est.

Le roi a proposé aux "frères en Algérie la création d'un mécanisme politique conjoint de dialogue et de concertation", précisant que le niveau de représentation au sein de cette structure, son format, sa nature sont à convenir d'un commun accord. "Le Secrétaire général exprime l'espoir que cette première table ronde sera le début d'un processus qui conduira à une solution à ce conflit de longue date", a conclu son porte-parole.

L'Algérie a, suite au différend sur le Sarhara occidental, fermé ses frontières terrestres avec le Maroc depuis 2014.

"En vertu de son mandat, ce mécanisme devra s'engager à examiner toutes les questions bilatérales, avec franchise, objectivité, sincérité et bonne foi, sans conditions ni exceptions, selon un agenda ouvert", a suggéré Mohamed VI, pour qui le futur mécanisme "pourra constituer le cadre pratique d'une coopération, centrée sur les différentes questions bilatérales, notamment celle qui a trait à la valorisation des opportunités et des potentiels de développement que recèle la région du Maghreb ".

Le rôle de ce mécanisme sera aussi de contribuer au renforcement de la concertation et de la coordination bilatérale pour permettre de relever efficacement les défis régionaux et internationaux, notamment ceux qui sont liés à la lutte anti-terroriste et à la problématique migratoire, a relevé le Souverain, réitérant son engagement à œuvrer main dans la main avec l´Algérie, dans un total respect des institutions nationales.

Mohammed VI a ajouté qu'il avait proposé un mécanisme conjoint de dialogue direct entre les deux pays, assurant qu'il est prêt à recevoir les propositions des Algériens visant à surmonter le différend qui les oppose. "Loin de son discours belliqueux auquel il nous a habitués ces dernières années, Mohammed VI prône donc le réchauffement des relations bilatérales entre l'Algérie et le Maroc", poursuit le journal francophone à grand tirage.

Le gouvernement algérien n'a toujours pas répondu à la proposition du Maroc. "Le Maroc affirme que c'est une affaire entre l'Algérie et le Maroc, ce n'est pas le cas, c'est une affaire entre le Maroc et le peuple sahraoui, et entre le Maroc et les décisions des Nations unies", a-t-il affirmé.

Share