La justice valide l'enquête contre Benzema — Affaire Valbuena

Share

C'est ce que devait déterminer ce jeudi la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris. "La procédure se poursuit, et je m'en réjouis pour M. Valbuena qui souhaite que la vérité judiciaire soit faite publiquement dans ce dossier", a-t-il déclaré. Une vidéo détenue par les cerveaux présumés du chantage, Axel Angot et Mustapha Zouaoui, deux hommes gravitant dans le milieu du football professionnel.

Ces derniers, outre Younes Houass, avaient auparavant tenté d'approcher Valbuena par l'intermédiaire de l'ex-Bleu Djibril Cissé, puis étaient passés par son co-équipier en équipe de France Karim Benzema.

En juillet 2017, la Cour de cassation avait donné raison aux arguments de la défense en invalidant la partie de l'enquête concernant les agissements de ce commissaire de la PJ de Versailles, accusé d'avoir poussé les protagonistes de l'affaire à commettre l'infraction. Présent ce jeudi matin au tribunal, Sylvain Cormier, l'un des avocats de Karim Benzema, a déjà annoncé que son client allait se pourvoir en cassation. Les trois hommes sont eux aussi mis en examen. "Mais il n'a jamais vu la vidéo, il ne l'a jamais eue entre les mains", a martelé le conseil. Dans ce genre d'affaires de chantage, "le plus souvent, c'est un policier qui se substitue" pour négocier, selon lui.

Au contraire, pour Sylvain Cormier, avocat de l'attaquant du Real Madrid, "l'ensemble de la procédure est viciée par les agissements de l'enquêteur".

Cette affaire, dans laquelle six personnes sont mises en examen, a coûté sa carrière internationale à Karim Benzema, plus jamais rappelé en Bleu depuis novembre 2015, tout comme Mathieu Valbuena, ancien joueur de l'OM et de l'Olympique lyonnais et qui évolue aujourd'hui en Turquie, à Fenerbahçe.

Si Benzema n'a jamais été en contact direct avec "Lukas", son avocat avait invoqué à l'audience en octobre la théorie des "dominos": "Si vous enlevez le début d'une enquête, si ses actes initiaux sont entachés d'irrégularités, eh bien l'ensemble doit tomber". Nouvel épisode dans cette affaire à rebondissements. "Et que ça s'arrête". "A moins que les écoutes soient annulées, ça retournera devant la Cour de cassation" car "même si la décision est favorable" à son client, "les autres se pourvoiront". Une plainte parvenue mardi au parquet de Nanterre.

Share