Le carnet de santé numérique est désormais disponible pour tous les Français

Share

Vous pouvez vous opposer à ce qu'une information médicale soit versée à votre dossier, et masquer une information (sauf au médecin traitant, qui a accès à tout le dossier). La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a lancé en grande pompe, ce mardi 6 novembre, la généralisation de cet outil "indispensable à la médecine de demain", selon elle. Le patient est libre de partager l'accès à son DMP avec son médecin traitant, son kinésithérapeute, son infirmière, etc. À partir de maintenant, tous les assurés sociaux peuvent créer un " carnet de santé numérique ".

Ce sont les professionnels de santé consultés qui auront pour mission de nourrir le DMP avec vos données (analyses, comptes rendus...).

De quoi satisfaire Fabienne, 57 ans, dont l'allergie aux sulfamides (antibiotique) a failli lui coûter la vie il y a quelques années, après une opération. Éviter ce type d'incident, mais aussi les interactions médicamenteuses dangereuses ou les actes redondants et inutiles est la vocation du DMP, également censé favoriser la coopération entre les professionnels de santé. Environ 300.000 DMP ont ainsi été ouverts depuis juillet dans 8.000 officines, selon l'Assurance maladie, qui envisage désormais de proposer une rémunération similaire aux infirmiers, souvent au contact de patients peu mobiles. Il est de ce fait particulièrement recommandé aux personnes atteintes de pathologies chroniques ou aux femmes enceintes.

Est-il obligatoire? Non. L'Assurance maladie indique sur le site internet du DMP que ce dernier ne peut dans aucun cas " être exigé lors de la conclusion d'un contrat, notamment un contrat relatif à une protection complémentaire en matière de couverture de santé ou par la médecine du travail ".

Le déploiement de ce DMP a été confié à l'Assurance maladie en 2016 par la loi santé de Marisol Touraine, après une dizaine d'années d'atermoiements coûteux. Les professionnels de santé pourront le consulter avec l'utilisation de leur carte professionnelle de santé. Près d'1,9 million de personnes disposent ainsi actuellement d'un DMP, loin de l'objectif de 40 millions d'ici à 5 ans fixé avec les professionnels de santé.

À la création de votre compte, l'Assurance maladie y transférera l'historique de vos remboursements depuis deux ans. Un DMP ne peut être créé qu'avec le consentement du patient.

Toutes ces données sont conservées pendant dix ans. Appelé à évoluer, le DMP intègrera "dès avril 2019" un espace "réservé aux directives anticipées" et bénéficiera d'une nouvelle version de l'application mobile, plus ergonomique, insiste l'Assurance maladie.

Share