Une sanction pour Trump à la Chambre des représentants — Midterms

Share

Le président américain s'est rapidement félicité pour cette victoire sur Twitter qualifiant cette victoire de "succès formidable".

A 78 ans, l'élue de San Francisco ne sera pas nécessairement dans la meilleure position pour résister à ses attaques, tant la pression est forte dans son propre camp en faveur d'un renouvellement. Il leur reste la Chambre des représentants: il y a de nombreux succès démocrates et les résultats sont à vent contraire des résultats du Sénat.

Nancy Pelosi devra auparavant convaincre son propre parti qu'elle est la plus apte à mener le combat contre Donald Trump et les républicains, lors d'un vote interne à huis clos qui se tiendra le 28 novembre. "Mais plus important que ces mesures terribles, nous avons un président des Etats-Unis qui est un menteur pathologique et est en train de faire quelque chose qu'aucun président que j'aie connu n'a jamais fait", a clamé Sanders au public. "Au lieu de rassembler le peuple américain, il essaie de nous diviser sur la base de la couleur de notre peau, de notre origine, de notre religion, notre genre, notre identité sexuelle", a-t-il poursuivi.

Par ailleurs, une procédure de destitution à l'encontre du président américain pourrait toujours être tentée par les démocrates.

Mais l'espoir démocrate Beto O'Rourke, qui avait reçu tardivement le soutien de la chanteuse Beyoncé, n'a pas réussi à créer la surprise au Texas. "Les États plus petits ont aussi tendance à être plus ruraux, et à favoriser les Républicains". De leur côté, les républicains ont renforcé leur courte majorité au Sénat d'au moins deux sièges, selon les médias américains.

Grande première aussi dans le Colorado (ouest) où le démocrate Jared Polis est devenu le premier gouverneur ouvertement gay d'un Etat américain. Tout comme il ne parle qu'à sa base dans sa pratique du pouvoir, il a concentré sa campagne électorale sur le vote républicain dans les états où le Sénat était très disputé.

Les démocrates sont donnés favoris pour emporter la majorité à la Chambre des représentants tandis que les républicains devraient conserver de justesse le contrôle du Sénat.

Pourtant les Républicains n'étaient pas vraiment battus avant l'élection. Son père puis son frère ont tous deux occupé la fonction de maire de Baltimore.

Selon le dernier sondage réalisé par SSRS pour CNN, M. Trump a notamment de quoi s'inquiéter du vote des femmes: 62% d'entre elles soutiennent les démocrates.

En matière étrangère, le président états-unien aura les mains plus libres, poursuit Tanguy Struye, "non que la politique étrangère soit un "domaine réservé" de la présidence, comme il l'est par exemple en France, mais parce que c'est le Sénat qui a le plus de poids en la matière: c'est le Sénat qui peut déclarer la guerre, c'est le Sénat qui ratifie les traités; c'est aussi le Sénat qui approuve ou non le remaniement de cabinet, tel qu'il va sans doute s'en produire un dans les prochains jours, avec le remplacement annoncé du secrétaire à la Défense". Agée de 38 ans, Mme Davids, élevée par une mère célibataire ancienne membre de l'armée, est diplômée d'un institut de formation publique et a passé un an à Washington au sein de l'administration Obama. Dix des sièges qu'ils devaient défendre se trouvaient dans des États remportés par Donald Trump en 2016. À la Chambre des représentants, si la victoire des démocrates s'avère modeste en sièges par la faute d'un découpage électoral très défavorable, elle est massive en voix (sept points d'avance environ) alors que ces élections sont traditionnellement moins mobilisatrices pour l'électorat du parti, plus jeune et métissé.

Electrique, secouée par la violence, cette campagne a aussi été marquée par un grand élan d'enthousiasme.

Jamais autant de femmes, ni de femmes issues de minorités, n'ont été élues au Congrès, surtout du côté démocrate où la colère anti-Trump s'est cristallisée dans un nouveau souffle politique. Deux amérindiennes ont aussi fait leur entrée au Congrès pour la première fois.

Rashida Tlaib, du Michigan, et Ilhan Omar, du Minnesota, deviennent les premières musulmanes élues au Congrès. Contre toute attente, c'est le "oui" qui l'a emporté.

Share