Après la claque à Montpellier, Rudi Garcia promet du changement

Share

Des changements sont certainement à attendre, dès jeudi en Ligue Europa à Rome, face à la Lazio, où l'OM finaliste de l'épreuve en mai dernier abattra sa dernière chance d'entretenir un mince espoir de qualification.

"C'est grave. Grave de jouer une deuxième période comme celle qu'on a jouée, d'avoir autant d'écart avec une première période solide où on a les meilleures occasions, même si on aurait été inspirés de mener à la pause". Alors qu'il trouve souvent le moyen de se défausser sur l'arbitrage quand le résultat n'est pas à son avantage, l'entraîneur marseillais n'a cette fois-ci pas épargné ses joueurs. Mais mon équipe, c'est celle de la première mi-temps, pas de la deuxième. "Maintenant, à moi de prendre les bonnes décisions pour renouer avec la victoire ".

Comment expliquez-vous une telle déroute? J'aimerais bien que les joueurs s'expliquent, c'est ce qu'ils feront demain matin (ce lundi matin, ndlr). Dimanche soir, en conférence de presse, Rudi Garcia ne cachait pas sa colère après la défaite de ses troupes contre Montpellier, 3-0. Ma colère, ils l'ont sentie. Je n'ai pas vu une équipe qui fait des efforts, je n'ai pas vu de la simplicité. "Pourquoi il s'arrête? Un coup de sifflet dans le public: on ne s'arrête pas, on joue", n'a pas manqué de pester Rudi Garcia depuis son banc de touche. 6es avec 19 points, à 6 longueurs du podium (son objectif absolu de fin de saison), les Olympiens comptent déjà 5 défaites au compteur, ainsi que 21 buts encaissés (seul Guingamp a fait pire) et sont bien loin du rythme espéré en début de saison. On est à six points et il va falloir regrignoter ces points petit à petit.

Share