Les messages privés de 81 000 comptes Facebook ont été vendus

Share

Les hackers, qui avaient dans un premier temps indiqué à la BBC être en possession des données de 120 millions de personnes, auraient en réalité récupéré les messages privés, ainsi que d'autres informations, de 81.000 utilisateurs de Facebook, majoritairement basés en Russie et en Ukraine, mais aussi au Royaume Uni, aux États-Unis ou au Brésil. Il s'agirait a priori d'informations obtenues par l'intermédiaire d'extensions pour navigateurs Internet malveillantes.

D'après une information de la BBC publiée ce vendredi 2 novembre, les messages privés provenant de plusieurs dizaines de milliers de comptes Facebook ont été mis à la vente sur un site internet, pour la modique somme de 10 centimes de dollar par compte (environ 9 centimes d'euro).

Il y a quelques mois un internaute se faisant appeler FBSaler, a publié un message sur un forum: " nous vendons les renseignements personnels des utilisateurs de Facebook. Les journalistes ont réussi à en retrouver cinq, qui ont confirmé l'authenticité des messages.

De fait, la société de cybersécurité Digital Shadows a mené une enquête au nom de la BBC, annonçant que 81 000 profils étaient vraisemblablement concernés. Interrogé par la chaîne anglaise, Facebook assure par la voix de Guy Rosen, son responsable de la sécurité, "avoir contacté tous les navigateurs pour s'assurer que les extensions malicieuses (qui ont permis de récupérer ses données) n'étaient plus disponibles".

D'après les premiers résultats de l'enquête, cette mise en vente d'informations personnelles est à distinguer de deux incidents d'ampleur survenus chez Facebook, dont l'affaire Cambridge Analytica et un piratage. Les hackeurs ont déclaré qu'avec cette fuite, ils pourraient atteindre près de 120 millions de comptes. La firme de Mark Zuckerberg certifie en effet que sa sécurité n'a pas été compromise, que les données ont forcément été obtenues par l'intermédiaire d'outils tiers.

Les fuites de données personnelles n'en finissent plus de venir tourmenter Facebook.

Share