Carrefour et Leclerc proposent le carburant à prix coûtant

Share

De son côté, Leclerc a annoncé que "dans un contexte d'augmentation drastique des prix des carburants et fidèle à son combat en faveur du pouvoir d'achat des Français, le Mouvement E.Leclerc a pris la décision de prolonger son offre de carburants à prix coûtant, initialement programmée du 2 au 4 novembre, jusqu'au 30 novembre 2018". Dans le passé, Leclerc a déjà réalisé des opérations similaires. Celui qui tire la croissance, c'est le consommateur.

Alors qu'une mobilisation est prévue le 17 novembre contre la hausse du prix de l'essence et du gazole, deux enseignes de grande distribution ont annoncé ce lundi qu'elles allaient temporairement vendre le carburant à prix coûtant dans leurs stations-service. C'est important commercialement de satisfaire nos clients mais c'est important aussi de donner un signal aux pouvoirs publics. Selon le site du gouvernement, nombre de stations Leclerc affichaient un litre d'essence sans plomb 95 contenant jusqu'à 10% d'éthanol (SP95-E10), sous les 1,45 euro ce lundi. "Aujourd'hui cette grogne est légitime", a déclaré le président Michel-Édouard Leclerc, dans la matinale de France Info. Aujourd'hui cette grogne est légitime. "Il faut savoir choisir son camp", analyse le PDG de Leclerc.

Son concurrent Carrefour lui a emboîté le pas, en lançant les "jours carburants" ce lundi matin. "Carrefour inaugure les +Jours carburants+, une opération inédite par son dispositif et son ampleur dans toutes les stations-services intégrées aux hypermarchés Carrefour, indique l'enseigne de supermarchés dans un communiqué".

Dans des interviews publiées ce lundi dans plusieurs titres de la presse quotidienne régionale, le chef de l'Etat Emmanuel Macron - engagé dans un vaste marathon dans l'est et le nord de la France pour commémorer le centenaire de la Première Guerre mondiale -, a dit "assumer" l'augmentation de la fiscalité, tout en se disant favorable à des solutions "innovantes" à l'égard des personnes devant se déplacer pour aller travailler.

Mais pour autant, il n'y aura pas de retour en arrière en matière de transition écologique, a insisté Bruno Le Maire, ministre de l'Économie chez nos confrères de BFM TV.

Share