La vie d'Asia Bibi toujours menacée — Pakistan

Share

"Ces pays ont les plus grandes communautés de chrétiens pakistanais" et l'on y parle l'anglais, une langue qu'apprennent les filles d'Asia Bibi, mais qu'elle-même et son mari ne parlent pas, a-t-il expliqué.

L'armée pakistanaise a mis en garde les extrémistes protestant contre l'acquittement de la chrétienne Asia Bibi que sa "patience" avait des limites.

Au Pakistan, les groupes islamistes manifestent pour le troisième jour consécutif suite à la décision de la Cour suprême d'annuler la condamnation à mort prononcée contre la chrétienne Asia Bibi, relate Associated Press. Le crime d'Asia Bibi, ouvrière agricole de 52 ans, est d'avoir bu de l'eau dans un puits réservé à ses voisins musulmans en 2010.

Les principaux axes routiers étaient restés fermés et des dizaines de milliers de personnes avaient dû renoncer à se rendre à leur travail ou à leur école et avaient subi des heures entières de blocage dans les transports. "L'Occident a toujours essayé de modifier cette loi mais nous résisterons", a lancé un orateur devant la foule.

La plupart des rassemblements sont menés par le parti radical Tehreek-e-Labaik Pakistan (TLP), connu pour sa ligne particulièrement dure en matière de blasphème. "Nous avons décidé de rester sur place et aucune menace ne nous effraiera", a-t-il dit dans la nuit de jeudi à vendredi, selon une vidéo visible sur le site du parti.

Le TLP avait déjà bloqué l'accès à Islamabad pendant plusieurs semaines en novembre 2017 pour des motifs également liés à la question du blasphème et obtenu la démission du ministre de la Justice.

Les manifestations se poursuivent alors que le Premier ministre Imran Khan vient d'entamer un voyage de 4 jours en Chine, où il devrait négocier l'octroi d'une aide financière de plusieurs milliards pour le Pakistan.

De nombreux Pakistanais avaient salué ce ton de fermeté tout en s'inquiétant de voir le chaos s'installer.

L'un des chefs de file des manifestants avait appelé mercredi au meurtre des juges de la Cour suprême et à la mutinerie dans l'armée, poussant cette dernière à entrer dans le jeu vendredi. "(.) Ne nous entraînez pas dans ce genre d'affaires", a déclaré son porte-parole Asif Ghafoor.

" Nous allons nous battre et exploiter tous les recours légaux pour nous assurer qu'elle soit pendue, conformément à la loi ", a-t-il ajouté. Très critiqué, le gouvernement est accusé d'avoir capitulé face aux radicaux. D'autres partis religieux ont également annoncé des rassemblements séparés.

Share