Trump a "discrédité" les Etats-Unis (Khamenei) — Iran

Share

"Le président Donald Trump réimpose les sanctions les plus dures jamais adoptées" pour faire plier l'Iran, a annoncé vendredi la Maison Blanche.

Un premier train de mesures punitives, levées en échange de l'engagement pris en 2015 par l'Iran auprès des grandes puissances de ne pas se doter de la bombe atomique, avait déjà été imposé en août.

Il a rejeté le rétablissement des sanctions américaines, notamment celles contre le secteur pétrolier iranien qui doivent entrer en vigueur lundi.

Huit pays bénéficieront toutefois de dérogations et seront autorisés temporairement à continuer d'acheter du pétrole iranien, "mais uniquement car ils ont fait preuve d'efforts importants pour ramener leurs importations de brut vers zéro", a annoncé le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo. A ce stade, on sait que l'Union européenne dans son ensemble n'en fait pas partie mais qu'elle inclut la Turquie.

À l'approche des élections de mi-mandat, Donald Trump tient à soigner sa communication.

Le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin a affirmé que 700 noms seraient ajoutées à la liste noire américaine, soit 300 de plus que ceux qui en avaient été retirés après 2015.

Il a aussi dit que les États-Unis souhaitaient couper les établissements financiers iraniens frappés par des sanctions du circuit bancaire international Swift, un maillon essentiel du système financier. Le ministère iranien des Affaires étrangères a jugé pour sa part que les sanctions américaines constituaient une violation de l'accord nucléaire et des résolutions de l'ONU ainsi "qu'un mépris des valeurs humaines, morales et éthiques". Selon lui, " c'est le même plan de bataille qu'avec Kim Jong-un et la Corée du Nord: sanctions, pression maximale et ensuite ils sont prêts à négocier ".

Le président iranien Hassan Rohani, artisan de l'accord nucléaire, avait entamé un très timide rapprochement avec l'administration américaine de Barack Obama avec la signature du texte historique qui avait alors mis fin à des années d'isolement de l'Iran.

" C'est un voeu pieux", dit à l'AFP Ali Vaez, de l'International Crisis Group". "La dispute entre les États-Unis et l'Iran dure depuis 40 ans, et les États-Unis ont agi beaucoup contre nous", a-t-il souligné en dénonçant "une guerre militaire, économique et médiatique".

"À l'époque, " le monde était uni derrière les sanctions contre l'Iran", explique Barbara Slavin, du cercle de réflexion Atlantic Council".

Share