La Cnil met en demeure l'école 42 pour " vidéosurveillance excessive "

Share

La Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) a reproché ce mardi 30 octobre 2018 à l'école d'informatique 42 de posséder des fiches très détaillées sur l'état de santé et la situation familiale de ses étudiants - des informations jugées "disproportionnées" au regard du simple objectif de suivi pédagogique, selon une décision de mise en demeure publiée au Journal Officiel.

Avec ce véritable "Big Brother", les 800 étudiants et l'ensemble des salariés sont sous surveillance permanente dans la presque totalité du bâtiment.

Xavier Niel a un bébé qui lui tient à cœur: l'école 42.

La Cnil a constaté que "des caméras filmaient en permanence les espaces de travail des étudiants, les bureaux dédiés au personnel administratif ainsi que des lieux de vie tels que la cafétéria". Mais surtout, même pas besoin de pirater le réseau pour voir les images. Les étudiants n'auraient pas été "correctement informés" de ces pratiques. Aucune intimité n'est possible dans le bâtiment. La commission n'est pas satisfaite de la transparence de l'école concernant ce dispositif de vidéosurveillance envers les personnes le subissant, notamment ses visiteurs. Dans son communiqué, l'autorité française de protection des données personnelles enjoint l'association " 42", qui gère l'établissement, de " mettre en conformité avec la Loi Informatique et Libertés son système de vidéosurveillance ".

Outre son système vidéo, l'autorité épingle l'école 42 pour la conservation pour une durée indéterminée des données personnelles de tous les candidats au test d'entrée.

La Cnil précise que cette décision n'est pas une sanction et demande à l'école 42 de prendre plus d'une dizaine de mesures dans un délai de deux mois pour se conformer à la loi.

L'association devra également " fournir une information complète et immédiate à toute personne susceptible d'être filmée par le dispositif ".

Share