Patients et médecins alertent sur la pénurie de médicaments

Share

La rupture de stocks est prévue jusqu'en mars 2019, du fait de la fermeture de l'usine américaine produisant le médicament pour une mise aux normes.

Les patients souffrant de la maladie de Parkinson sont particulièrement affectés par ces ruptures de stock: le Sinemet, un anti-Parkinson utilisé par plus de 40 % des malades français, n'est plus disponible depuis le 30 août tout comme le Mantadix, indisponible, lui, depuis le 28 septembre. Dans une tribune publiée ce lundi dans Le Parisien, des patients, notamment le collectif Parkinson, et plusieurs neurologues poussent un cri d'alarme pour dénoncer la pénurie de certains médicaments. Comme Yann Neuzillet, chirurgien urologue à l'hôpital Foch, de nombreux professionnels de la santé ont défilé devant les sénateurs depuis début juillet pour aborder la recrudescence de produits médicamenteux et vaccins signalés en rupture de stock.

"Les malades doivent se contenter des miettes". Elles subissent, en plus, depuis quelques mois des ruptures graves dans l'approvisionnement de médicaments qui leur sont indispensables et dont elles ne peuvent pas se passer.

Selon ces patients et ces médecins, les pouvoirs publics sont restés impuissants face à cette situation: " Les pouvoirs publics régulièrement sollicités agissent, mais en réalité se révèlent impuissants! "Ou encore se contenter de suivre les recommandations de l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) qui les oriente vers des médicaments plus ou moins équivalents dont les stocks sont eux-mêmes insuffisants pour compenser dans la durée les ruptures d'approvisionnement", déplorent-ils encore. Sont aussi indisponibles des traitements aussi basiques que la cortisone pour enfants qui peut être prescrite en cas de laryngite ou de trachéite.

Créée à l'initiative du groupe Les Indépendants - République et territoires, la mission d'information s'était constituée fin juin en partant du constat que la pénurie de médicaments et de vaccins en France se développe dangereusement. Pour les patients et les médecins concernés, la pénurie est préoccupante.

Share