Obsolescence programmée : amendes pour Apple et Samsung

Share

Apple et Samsung ont été condamnés à une amende pour avoir délibérément ralenti leurs smartphones. Ce sont les amendes que viennent de recevoir les deux géants de la high tech en Italie.

L'autorité antitrust italienne a jugé Apple et Samsung coupables d'obsolescence programmée pour avoir "poussé" des mises à jour sur leurs terminaux ayant eu pour effet de réduire leurs performances.

Au terme de 10 mois d'enquête, l'Autorité de la concurrence italienne vient de sanctionner Apple et Samsung pour leurs " pratiques commerciales malhonnêtes ". C'est aux logiciels et systèmes d'exploitation que s'en prend surtout l'autorité antitrust, indiquant que des "mises à jour successives (ont) provoqué de graves dysfonctionnements et réduit de manière significative les performances", ce qui accélère "artificiellement le cycle de renouvellement des produits". En substance, Samsung a poussé les propriétaires des smartphones Note 4 à installer une nouvelle version d'Android prévue pour le nouveau modèle, le Note 7, et qui a fortement ralenti les anciens modèles. Selon ces observateurs, le vieillissement prématuré des appareils ne serait pas sciemment planifié par Apple ou Samsung. Lamende est plus élevée pour Apple car la firme de Cupertino na pas correctement informé les utilisateurs des problèmes liés à ses batteries au lithium.

Si Apple ressort de cette enquête avec 10 millions d'euros d'amendes, c'est aussi parce que l'AGCM estime que, de manière générale, la firme a la fâcheuse tendance à ne pas communiquer sur la durée de vie des batteries de ses appareils et à ne pas informer suffisamment ses utilisateurs sur les procédés de réparation, d'entretien ou de simple vérification de ces mêmes batteries. Le groupe sud-coréen n'a pas reconnu les fait qui lui sont reprochés et décide de faire appel. Alors qu'en Italie la sanction a été prononcée par une autorité administrative indépendante sur le fondement du Code de la consommation, la procédure ouverte en France est de nature pénale.

"Samsung n'a jamais diffusé de mises à jours de logiciels avec l'objectif de réduire la performance du Galaxy Note 4", affirme-t-il.

Apple a également fait face à des questions du Sénat des États-Unis en janvier dernier sur le ralentissement des iPhones, et plusieurs plaintes ont été portées contre le géant américain du mobile dans le district nord de la Californie, et des enquêtes, qui sont toujours en cours, sont ouvertes.

Share