Une personne contaminée par le virus du Nil dans les Pyrénées-Orientales

Share

Le virus du Nil occidental est principalement transmis à l'homme par le moustique.

Ainsi, en conclusion, seuls les dons du sang effectués hors des régions Occitanie et Paca excluent, à priori et par manque de test, les personnes ayant séjourné 24h ou plus dans un des 5 départements atteints par le virus West Nile.

Selon l'agence Santé publique France "20 cas ont été détectés en région Provence-Alpes-Côte d'Azur, essentiellement dans les Alpes-Maritimes, de Nice au Cannet". "C'est pourquoi le don de sang est restreint pour les personnes qui ont séjourné au moins une nuit dans le sud de la France".

Comment attrape-t-on le virus du Nil occidental et où sévit-il?

"Mais il y a un risque de transmission interhumaine du virus par la voie de transfusions sanguines, d'où l'intérêt des mesures de précautions qui ont été prises par l'EFS ".

Nos confrères du Parisien ont déclenché ce matin toute une série de réactions en expliquant dans leurs colonnes que les personnes ayant séjourné 24 heures dans les Pyrénées-Orientales, les Alpes-Maritimes, le Var, les Bouches-du-Rhône et le Vaucluse ne pouvaient plus donner leur sang pendant 28 jours après leur voyage. Une personne a développé suite à ce virus une maladie neurologique. Le moustique s'infecte en piquant un oiseau contaminé, puis transmet le virus lors d'une nouvelle piqûre à un autre oiseau ou à un hôte accidentel, comme l'homme ou le cheval. "Le virus est très présent dans le sud de l'Europe, confirme Anna-Bella Failloux, notamment en Roumanie ".

Chez l'homme, l'infection est asymptomatique dans 80 % des cas. Une situation conforme à ce qui est observé en Europe du Sud, où la circulation du virus est plus précoce et plus importante que d'habitude: 550 cas ont été enregistrés en Italie et 302 en Grèce.

D'abord parce que les collectes continuent presque normalement dans le Sud.

Chaque année, pour la même période, le don de sang est restreint pour ceux qui reviennent d'un des pays où sévit ce virus. "Mais c'est la première fois que l'on a une épidémie de cette ampleur", ajoute-t-il, relevant que deux habitants du sud de la France qui ont fait une complications neurologiques se remettent aujourd'hui. "A ce jour, nous n'avons eu qu'un cas détecté par le test (chez un donneur) dans les Alpes-Maritimes (inclus dans les 24 cas) ", poursuit-il ajoutant que globalement, il n'y a " pas de problème " pour assurer l'approvisionnement en produits sanguins.

Share