Trump se retire d'un traité nucléaire avec la Russie

Share

Le pacte signé en décembre 1987 par le président d'alors, Ronald Reagan, et le dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev a contribué à assurer la sécurité des États-Unis et de ses alliés en Europe et au Extrême-Orient.

Donald Trump a confirmé samedi que les Etats-Unis allaient se retirer d'un traité sur les armes nucléaires conclu avec la Russie pendant la Guerre froide, accusant Moscou de le violer "depuis de nombreuses années".

Ce retrait est motivé par le "rêve" des Américains de dominer seuls le monde, a rapidement réagi une source au ministère russe des Affaires étrangères, en accusant Washington d'avoir "délibérément" sapé cet accord au fil des ans. Le retrait américain "est le deuxième plus gros coup porté contre tout le système de stabilité mondiale", a affirmé un sénateur russe, Alexeï Pouchkov, le premier étant le retrait américain en 2001 du traité ABM sur les missiles antibalistiques. "Et encore une fois, ce sont les États-Unis qui prennent l'initiative de dissoudre l'accord", a-t-il poursuivi sur Twitter.

Le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov a qualifié cette décision de "pas très dangereux" qui selon lui "ne sera pas compris par la communauté internationale et va même s'attirer de sérieuses condamnations".

M. Bolton doit rencontrer lundi le ministre des Affaires étrangères Serguei Lavrov, en préparation à une éventuelle rencontre entre M. Trump et le président russe Vladimir Poutine, qui pourrait intervenir d'ici la fin de l'année.

Ce traité sur les armes nucléaires de portée intermédiaire avait été signé en 1987 par Ronald Reagan et Mikhaïl Gorbatchev. Selon le Guardian, c'est M. Bolton lui-même qui fait pression sur le président américain pour un retrait du traité INF. En 2010, Barack Obama et Dmitri Medvedev avaient signé un nouvel accord nucléaire, le Traité New START de réduction des armes stratégiques. L'accord avec la Russie a empêché les États-Unis de développer toute une série d'armes nucléaires qui auraient pu être déployées dans des zones de tensions du Pacifique. A l'agence Tass, il a déclaré que l'administration américaine se servait du traité FNI pour exercer un chantage envers Moscou et mettre en péril la sécurité internationale. "Nous pouvons faire d'autres choses, y compris imposer des sanctions". Vendredi, une Russe a été inculpée par la justice américaine pour ingérence dans les élections parlementaires américaines du 6 novembre, première personne a être mise en examen dans ce cadre. Le président américain avait pourtant promis avant son élection de renouer de meilleures relations avec la Russie. On va le voir dans les prochains jours et les prochaines semaines, à partir du moment où les deux puissances, d'un côté Moscou, et de l'autre Washington, vont sortir de ce traité, donc le rendre caduc, à ce moment-là, on verra bien si les Européens, dans le cadre d'un dialogue au sein de l'Otan, dans le cadre d'un dialogue entre Washington et Moscou, vont décider ou pas de se réarmer. Des soupçons de collusion avec le Kremlin pèsent d'ailleurs sur son équipe de campagne 2016.

Interrogé sur la possibilité d'une guerre nucléaire, M. Poutine avait assuré jeudi que les Russes "iraient au Paradis en martyrs", se défendant de toute velléité guerrière mais avertissant que tout agresseur voulant frapper son pays avec des armes atomiques sera "détruit".

Share