Meurtre d'Alexia Daval : la version de Jonathann mise à mal

Share

Une bombe aérosol retrouvée lors des perquisitions incrimine Jonathann Daval dans la crémation du corps de sa femme.

Jonathann Daval, soupçonné d'avoir tué son épouse à Gray il y a un an a changé plusieurs fois de versions mais a toujours nié avoir incendié le corps de son épouse, retrouvé carbonisé dans une forêt. Le fait que cette dernière ne portait pas de bouchon n'est pas un détail négligeable. Or, les gendarmes ont aussi trouvé à proximité du corps un capuchon qui pourrait correspondre à une bombe de mousse polyuréthane expansive, découverte plus tard au domicile d'Alexia et de Jonathann Daval, mais sans sa protection. Un expert cité par Le Parisien, toujours, incite à la prudence car selon lui, le polyuréthane, s'il a été consumé, ne laisse aucune trace. Mais finalement, fin juin dernier, cet ancien informaticien est totalement revenu sur ces aveux: il accuse dans sa dernière version des faits son beau-frère Grégory Gay d'avoir provoqué la mort de son épouse; il a également fait état de l'existence d'un complot familial. Ainsi, la thèse " d'une mise à feu à l'aide de polyuréthane n'est pas vérifiable techniquement", détaille-t-il prudemment auprès du Parisien. Ensuite, du capuchon retrouvé près du corps d'Alexia Daval partiellement calciné et qui " s'emboîte parfaitement " avec la bombe. En revanche, les experts seraient formels: les brûlures détectées sur le corps d'Alexia pourraient tout à fait avoir été provoquées par l'utilisation d'une bombe similaire à celle retrouvée chez le couple.

De nouveaux éléments devraient susciter de nouvelles questions sur le meurtre d'Alexia Daval.

Share